Roland Garros - News

Une leçon signée Djokovic

  • Article
  •  
  • 03 Juin 2016
Une leçon signée Djokovic

Lorsqu'il évoquait une possible victoire de Dominic Thiem à Roland-Garros, Rafael Nadal avait pris soin de préciser "dans quatre ou cinq ans". Etait-ce une manière de dire : quand je ne serai plus là, ou quand Novak Djokovic, Andy Murray et les autres ne seront plus là ? Ce vendredi, pour sa première demi-finale en Grand Chelem, le prodige autrichien, qui sera lundi le plus jeune joueur du Top 10 (7e mondial à 22 ans), a pu mesurer le chemin qu'il lui restait à parcourir en se heurtant à un très bon Djokovic (6-2, 6-1, 6-4).

Délocalisée sur le Suzanne-Lenglen, cette rencontre ne ressemblait pas tout à fait une demi-finale de Grand Chelem, ce qui ne veut pas dire qu'elle manquait de charme. Il y avait tout pour passer un bon moment : une belle ambiance avec des tribunes pleines dès le premier point, ce qui n'est pas la spécificité locale, et surtout une opposition de styles avec d'un côté un jeune loup aux dents longues qui frappe surtout ce qui bouge et de l'autre un favori déclaré et assumé plus calculateur dans son jeu. Il a juste manqué le principal élément du thriller, le suspense, tant on a vite compris dans quel sens la rencontre allait tourner.

Sixième finale de suite en Grand Chelem

A voir l'application et la concentration de Djokovic dès les premiers échanges, on a rapidement eu la confirmation que le n°1 mondial prenait la menace très au sérieux. Ce Thiem a dans sa panoplie des coups de fond de court qui forcent l'admiration, mais Djokovic, lui, a un peu tout le reste. Notamment cette qualité de retour, qui prive son adversaire de points faciles en un ou deux coups de raquette. Mais aussi cette faculté à trouver tous les angles sur le court, qui empêche l'autre d'installer son jeu. Une statistique peut résumer la rencontre à elle seule, le nombre de fautes directes du premier set : 20 pour Thiem, 5 pour Djokovic, alors que les débats n'étaient pas aussi déséquilibrés que le score (6-2).

Après un deuxième set à sens unique (6-1 en 27 minutes), Djokovic a concédé son unique break de la partie au début de la troisième manche. Mais à 0-3, le n°1 mondial, froid comme une lame, a pris soin d'éviter que le petit zèbre en face de lui ne prenne trop confiance, en alignant cinq jeux de suite pour se retrouver en position de conclure. Vite fait, bien fait. Pour son quatrième jour de suite passé sur le court, le Serbe a plié l'affaire en 1h48. Le voilà en finale de Grand Chelem pour la sixième fois de rang, la 20e au total (il égale Rafael Nadal). Et en position, une nouvelle fois, de remporter le dernier trophée majeur qu'il manque à son palmarès. Quant à Thiem, accompagné hors du court par les acclamations du Lenglen, on le reverra. Et pas que dans quatre ou cinq ans.

  • Article
  •  
  • 03 Juin 2016

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer