News

Lavenu: "Bardet, un attaquant-né"

  • Article
  •  
  • 23 Juil. 2016
Lavenu:

C'est la leçon de ce Tour de France, et c'est Romain Bardet qui l'a apportée. "Ce n'est pas en restant dans les roues qu'on va chercher une deuxième place sur le Tour." L'Auvergnat n'est pas peu fier de son coup, de son attaque vendredi entre Domancy et Le Bettex, qui lui a permis d'aller chercher une victoire d'étape et surtout une place sur le podium final, juste à côté de Christopher Froome. "C'est un coureur qui a du panache, qui sait prendre des risques, c'est ce qu'il a fait vendredi, ça a payé, résume son manager, Vincent Lavenu. Sans prendre de risques, il n'aurait jamais gagné l'étape." Et il n'aurait peut-être pas pu terminer aussi haut au classement général.

Dans un Tour de France cadenassé comme rarement, en ce qui concerne les favoris, ce sont finalement les deux coureurs qui se sont le plus découverts, et de loin, qui vont terminer aux deux premières places. Voilà qui donne une conclusion heureuse à une édition tristounette. Bardet deuxième, c'est une forme de justice poétique. "C'est un bel exemple pour le sport, estime Lavenu. Les enjeux sont tellement importants dans le cyclisme, les équipes sont bâties autour de grands leaders, il y a une attente tellement pesante qu'on n'a pas le droit à l'erreur. Le fait d'éviter de vouloir faire ces erreurs empêche la spontanéité. Romain a cette force, de rester quelqu'un de rationnel, mais qui court aussi à l'instinct. Au départ, c'est un attaquant-né. On est là pour freiner ses ardeurs, pour calculer. Mais il est capable de prendre les bonnes décisions au bon moment."

Bardet, et sa double facette. En dehors de la course, le jeune garçon de 25 ans est unanimement décrit comme quelqu'un d'extrêmement posé, mature, réfléchi. Il possède surtout une approche rationnelle de son métier, qu'il explore à travers ses multiples composantes (stages, entraînement, nutrition...), en emmenant derrière lui toute l'équipe AG2R-La Mondiale. "Il a franchi des paliers tous les ans, il veut toujours chercher le petit plus, il n'est jamais rassasié, décrit Vincent Lavenu. Il analyse tout. C'est un coureur intelligent, qui sait allier les nouvelles technologies avec une façon de courir à l'instinct."

Voilà l'autre facette du personnage. Bardet, la grosse tête, qui sait parfois "débrancher le cerveau" pour aller chercher ses plus grandes victoires. Son Tour de France rappelle son Dauphiné, où une attaque lointaine, lors de l'avant-dernière étape de montagne, lui avait permis de distancer tous les autres favoris pour décrocher la place de dauphin de "Froomey". Lavenu, toujours: "C'est un coureur tout feu, tout flamme. Il a fallu le brider pour qu'il ne grille pas la cartouche qu'il a utilisée vendredi." En courant de cette façon, Bardet repousse (et explore) ses limites. Le voilà deuxième du Tour, à une marche de la consécration ultime pour un coureur cycliste. Peut-il un jour la gravir ? "Il n'aime pas que je dise ça, confie Lavenu. Mais il ne lui manque pas grand-chose."

  • Article
  •  
  • 23 Juil. 2016

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer