News

Bardet: "Il y a eu ce petit éclair..."

  • Article
  •  
  • 22 Juil. 2016
Bardet:

Romain, aviez-vous prévu d'attaquer dans la descente de Domancy ?
Pas du tout. Rien n'était prémédité. C'était vraiment à l'instinct. C'est le vélo que j'aime pratiquer. Il ne faut pas s'inscrire dans des schémas. Ma plus belle émotion sur le vélo, c'est quand il y a eu ce petit éclair, cette pensée qui nous a traversés. C'est Mikaël (Cherel) qui m'a mis la puce à l'oreille. Il m'a dit de faire la descente, de faire un truc de fou. Je lui ai dit: "Ouais, tu as raison." J'étais frustré de ne pas pouvoir jouer la victoire d'étape, parce que je jouais le général. J'étais frustré de ma façon de me courir. J'ai dit tout le Tour qu'il fallait attendre la bonne fenêtre, elle est venue aujourd'hui. Si Mika n'avait pas eu cette intuition, je n'aurais jamais gagné aujourd'hui. On en a besoin. On est soumis à beaucoup de pression. On a besoin des capitaines de route, comme Sam (Dumoulin) ou Mika, qui peuvent prendre des décisions à notre place. J'ai tout de suite su que c'était une bonne idée. On a joué cette carte à fond.

Est-ce que vous pouvez nous raconter vos sensations durant la montée finale ?
C'était vraiment fabuleux. Je n'avais aucune information, c'était vraiment que du feeling. J'essayais de m'amuser avec mon vélo dans les pourcentages. J'avais l'impression d'avoir le vent de dos avec tout le public. J'étais poussé par le public, les gens avec les pancartes, j'avais la chair de poule. Ça me permettait de ne pas penser à la douleur qui envahissait mes jambes. Ça m'a transcendé. Je me suis vraiment fait plaisir. Etre seul en tête d'une étape de montagne du Tour de France, c'est un moment vraiment unique. C'est fabuleux, il faut en profiter.

Avez-vous été surpris de voir qu'Aru, Porte et Quintana, notamment, n'étaient pas capables de revenir sur vous dans les derniers kilomètres ?
Vous me l'apprenez. Je n'ai vu aucune image. J'avais prévu d'attaquer dans la partie la plus pentue, qui me correspondait bien, les trois derniers kilomètres. Avec mon attaque, ces trois derniers kilomètres ont été un petit peu longs. Il a fallu essayer de gérer ça. Je pense que je n'y serais pas arrivé l'an dernier. J'ai pris de la maturité, plein d'éléments qui me permettent d'avoir conscience de ce que je peux faire sur cette épreuve. J'ai hâte de pouvoir les concrétiser.

Dans les derniers mètres, on vous a vu savouré cette victoire, plutôt que de batailler pour aller chercher quelques secondes de plus qui pourraient être précieuses...
J'étais au bout de mon effort. Je voulais profiter de cette ferveur autour de moi. Je ne savais pas quelle avance j'avais. Je voulais laisser place aux émotions. L'an passé, après ma victoire (à Saint-Jean de Maurienne), je n'avais pas assez profité.

Plus tôt dans l'ascension, vous avez rejoint Rui Costa, qui ne vous relayait pas. Comment avez-vous géré ce passage ?
On apprend de ses erreurs. J'en avais commis une grosse sur le Dauphiné (*). Aujourd'hui, je n'ai pas tergiversé. Mais je me suis dit: "Tu es là pour le général, vas-y à fond, tu feras deuxième de l'étape, ce n'est pas grave." On ne peut pas jouer sur tous les tableaux. Et finalement, j'ai quand même placé une accélération pour voir ce qu'il avait dans les jambes. Ça m'a remis un petit boost de voir que j'arrivais à le lâcher. Je me suis dit que je n'étais pas sur un faux rythme.

Gagner le Tour, aller chercher Froome qui est tombé aujourd'hui, c'est possible ?
C'est compliqué. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé derrière. Je n'avais pas d'informations. Je sais juste que c'est très serré pour le podium, qu'il n'y a que quelques secondes d'écart. Dans Joux-Plane, tout peut se passer. On va déjà penser à sauver une place sur le podium à Paris.

(*) Echappé avec Thibaut Pinot, il avait attaqué avant d'être rejoint par le Franc-Comtois, qui ne l'a plus relayé. Pinot avait gagné l'étape, et Bardet avait manqué l'occasion de prendre le Maillot jaune.

  • Article
  •  
  • 22 Juil. 2016

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer