News

Zakarin, ça tombe mal...

  • Article
  •  
  • 20 Juil. 2016
Zakarin, ça tombe mal...

Cet Ilnur Zakarin est un drôle d'oiseau, capable de surgir de n'importe où, pour frapper un grand coup. L'an passé, il s'était vraiment révélé en remportant le Tour de Romandie à la surprise générale, devant Christopher Froome himself et un très bon Thibaut Pinot. Cette année, on l'avait quitté dans un ravin, sur le Giro, après une très vilaine chute dans la descente du Col Agnel, la clavicule en vrac. Après deux semaines discrètes sur le Tour de France, on l'a donc retrouvé dans une échappée au long cours dont il était le coureur le plus fort, devant Jarlinson Pantano, pour aller s'imposer en solitaire à Finhaut-Emosson.

"Cette chute au Giro, c'était une vraie déception, a-t-il expliqué après sa victoire. Je visais le podium (il était cinquième du général, ndlr). Je me suis fait opérer rapidement, je n'ai pas perdu de temps pour reprendre la compétition. Pour le Tour, je n'avais pas d'objectif, à part rester à l'abri. Le plan était de rester en forme pour la troisième semaine. On a réussi. Je suis très heureux, tout le monde est très heureux dans l'équipe."

Zakarin, ancien dopé...

Cela va certainement redonner le sourire à l'équipe Katusha, porte-drapeau du cyclisme russe. Mais Zakarin a eu la bonne ou mauvaise idée, c'est à voir, de s'imposer sur la plus grande course du monde  alors que son pays est empêtré dans un immense scandale de dopage. Avec son passé marqué par un contrôle positif aux stéroïdes anabolisants en 2009 ("J'étais jeune et stupide", avouera-t-il), qui entraînera une suspension pour deux ans prononcée par la fédération russe (une rareté), Zakarin ne pouvait pas échapper aux questions sur le dopage généralisé dans son pays, alors que lui-même ne sait pas s'il sera autorisé, comme le sport russe dans son ensemble, à participer aux Jeux Olympiques de Rio.

Preuve que le sujet est sensible, Vyacheslav Ekimov, préposé à la traduction (Zakarin parle un anglais catastrophique), a mis une bonne trentaine de secondes à retranscrire une question de quelques mots, comme s'il s'occupait de briefer son coureur. Voici donc la réponse de Zakarin: "Je suis concentré sur le Tour de France, c'est déjà assez stressant. Je suis dans la course, loin de chez moi. Je ne suis pas trop les nouvelles, je lis des livres, je regarde des films, j'essaye de rester à l'écart du stress." Et dans la foulée, Ekimov, directeur général de la Katusha, a tenu à prendre la parole pour défendre son coureur: "Depuis le mois de novembre, Ilnur a été contrôlé 12 fois hors compétition. Ses échantillons ont été analysés par des laboratoires européens, à Paris, Lausanne ou Barcelone. Notre équipe a une politique antidopage très stricte, nous procédons à des tests additionnels. Et Ilnur a aussi été contrôlé au moins une fois sur chaque course à laquelle il a participé." On en restera donc là. 

  • Article
  •  
  • 20 Juil. 2016

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer