Plus d'articles

Internet et le porno en 5 mots

  • Articles - Pornocratie
  • 16 Janv. 2017

L’empire du X digital est un monde à part entière : une culture sulfureuse, des icônes planétaires… et un vocabulaire bien spécifique. Zoom sur cinq termes incontournables du porn sur le web.

Internet et le porno en 5 mots

Tubes :

Un nom qui n’est pas sans rappeler le rôle de « tuyaux à contenus » des géants du web ! Les tubes sont des plateformes qui diffusent des vidéos pornographiques (souvent gratuites), disponibles à tout moment, à travers le monde. YouPorn, PornHub, RedTube, Brazzers figurent parmi ces sites pornographiques qui ont bâti leur succès en exploitant d’énormes volumes de contenus X sur la toile. « Ça ressemble plus à un cartel mafieux qu’à un modèle économique » comme en témoigne le film PORNOCRATIE, car les contenus diffusés ne sont pas acquis officiellement mais volés aux producteurs pour le compte de multinationales pirates, anonymes et insaisissables.

Voir la vidéo : Des multinationales hors d’atteinte

 

Streaming :

La technologie de streaming (de l’anglais “flux”) est un mode de lecture en continu, notamment utilisé pour les diffusions en live sur Internet. Le streaming s’oppose au téléchargement qui impose de récupérer le fichier sur un disque au lieu de le lire en ligne. C’est grâce à ce procédé que les plateformes pornographiques (tubes) proposent aux internautes de consommer des catalogues presque illimités. On compte d’ailleurs 45 millions de vidéos pour adultes consommées en streaming chaque jour dans le monde. En dépit de toute illégalité, cette multitude de contenus X est très facilement accessible aux internautes, y compris aux mineurs. Les professionnels du sexe comme Ovidie mettent en garde contre cette dérive et dénoncent l’impunité de ces sites peu scrupuleux.

Voir la vidéo : Pourquoi les enfants sont-ils autant exposés ?

 

Camgirl :

Mot valise issu de « camera » et « girl », ce terme désigne les femmes qui effectuent des prestations érotiques ou pornographiques à distance, à l’aide d’une webcam et d’une diffusion sur plateforme vidéo. Aujourd’hui, avec l’intervention de multinationales comme intermédiaire des transactions entre les clients et les camgirls, on observe un nouveau phénomène d’ubérisation pour les travailleuses du sexe. Puisque l’essentiel du revenu de leurs streams (flux vidéo) revient à la plateforme qui l’héberge, elles ne touchent qu’un faible pourcentage sur chaque prestation et doivent donc accroître considérablement leur volume de travail pour atteindre un seuil de rentabilité.

Voir l’article : Des chauffeurs aux camgirls... Que signifie le concept d'Ubérisation ?

 

POV :

Acronyme pour la formule anglaise « point of view » (point de vue), POV désigne une catégorie de vidéos filmées en caméra subjective. Le spectateur observe le film comme s’il était lui-même impliqué dans la scène. Le niveau de réalisme du POV est poussé à l’extrême grâce à la réalité virtuelle, avec des films conçus à 360° pour parfaire l’immersion dans un univers virtuel. 

 

Hardeuse :

Tout comme le hardeur chez les hommes, la hardeuse est une actrice X ou performeuse. Par opposition au « soft porn » qui tend plus à l’érotisme, les contenus « hard » sont pornographiques.  Aujourd’hui, on s’inquiète de la dégradation de leurs conditions de travail : cachets réduits de moitié, rythmes effrénés, pratiques sexuelles de plus en plus hard et protection médicale hasardeuse… L’économie intraitable d’Internet rend-elle justice à tous les acteurs du système, sauf aux travailleurs du sexe eux-mêmes ?

Voir la vidéo : Quel impact pour les actrices X ?

 

 

Vidéo : 5 idées reçues sur le X (bonus) - PORNOCRATIE
Mercredi 18 janvier sur CANAL+

  • films porno
  • porno
  • documentaire
  • ovidie
  • sexe
  • Articles - Pornocratie
  • 16 Janv. 2017
COMMENTAIRES
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer