Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot avec Pierre Menes ? C'est là que ça se passe !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

La tête plus que les jambes

  • Article
  •  
  • 10 Mars 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Malmené par Chelsea, le PSG a livré un match tout en maîtrise pour éliminer les Londoniens pour la deuxième année consécutive. Avec un Ibra enfin décisif.

La tête plus que les jambes

A mon avis, ce Chelsea-PSG va être un match extrêmement intéressant à revoir à tête reposée. Parce qu’on a vu beaucoup de choses très instructives dans cette rencontre. Avant de rentrer dans les détails, il faut d’abord dire que Paris a sorti Chelsea en gagnant les deux matchs, ce qui n’est pas anodin. Et préciser au passage que ce sont les deux seules défaites subies par Chelsea depuis l’arrivée d’Hiddink. 

Le PSG a très bien entamé ce match et a été récompensé par le but de Rabiot, parfaitement servi par Ibra. Et puis, alors que tout allait bien, alors que Paris gelait la balle avec beaucoup de calme, Motta a craqué. Il a commencé à perdre pas mal de ballons et sur l’un d’entre eux, un contre rapidement joué par les Blues a permis à Diego Costa de crocheter Thiago Silva pour égaliser. Un but qui a donné des idées aux Anglais, d’autant que Motta continuait à arroser. Mais Paris a tenu comme ça jusqu’à la mi-temps et il faut accorder un truc à l’Italo-Brésilien : parvenir à se relever d’une première période aussi cataclysmique - avec en plus un carton jaune -, pour délivrer un second acte impeccable, avec la passe qui casse les lignes sur le but d’Ibra, c’est admirable. 

Admirable, car quand on n’a pas de jambes, il faut avoir un cerveau. Paris en avait un hier soir, avec un soupçon de calme en plus dans les périodes où ça a pas mal secoué. Et dans ces périodes-là, Trapp a fait ce qu’il fallait, avec notamment ce double arrêt devant Willian puis Hazard. C’est bien gentil de se foutre de sa gueule quand il fait une boulette contre Reims et que Paris ne gagne que 4-1, mais quand on fera le bilan de ce huitième de finale de LdC, il ne faudra pas oublier que le jeune portier allemand a été impeccable, à l’aller comme au retour.

Fermer la gueule de quelques abrutis

D’autres ont brillé dans ce match. A commencer évidemment par Ibra, auteur d’une passe décisive et d’un but. Une première pour lui dans un match retour à élimination directe en LdC. Même dans le jeu, le Suédois s’est montré à son avantage, intelligent et calme, faisant très souvent le bon choix. Pour un mec qui va quand même joyeusement sur ses 35 ans, c’est une prestation magnifique. Qui va peut-être fermer la gueule de quelques abrutis, dont certains osent dirent qu’il faut être un Footix pour apprécier un jouer comme Zlatan. Moi, je pense qu’il faut surtout être un Footix pour ne pas l’apprécier. 

Il faut aussi féliciter Laurent Blanc. Compte tenu du forfait de Verratti, il avait deux choix importants à faire. Ça n’a visiblement pas plu à beaucoup, mais il avait choisi Rabiot plutôt que Pastore au milieu et Lucas plutôt que Cavani devant. Les deux jeunes ont été très bons. Lucas a dynamisé le jeu, il est à l’origine du premier but, il était dans tous les bons coups et il a bossé défensivement. Et puis, s’il a perdu quelques ballons en début de match, Rabiot a ensuite beaucoup travaillé, avec un calme étonnant, et il a le grand mérite d’avoir ouvert le score. Voilà un joueur qui, après sa prestation à Madrid, a confirmé qu’il savait se montrer présent dans les très grands matchs. C’est un enseignement pour la suite de la saison parisienne mais aussi pour la suite de sa carrière. Au PSG ou ailleurs.

Paris se retrouve donc comme d’habitude en quart de finale. La moindre des choses pour un club de ce standing et peut-être aussi la moindre des choses face à une équipe de Chelsea loin de son niveau de la saison passée, même si elle a offert un visage nettement supérieur à celui qu’elle montre en Premier League. Maintenant, si Paris pouvait éviter le Barça au prochain tour, ça changerait un peu. Et puis, sans manquer de respect à quiconque, ce serait quand même pas plus mal de tomber en quart sur Benfica ou sur Wolfsburg que sur le Bayern ou le Real. 

Le rêve parisien continue et avec cette victoire à Stamford Bridge, cette équipe a démontré que ses derniers résultats plutôt moyens en Ligue 1 n’avaient que peu d’importance et que le PSG était désormais capable de se focaliser sur son objectif européen. Maintenant, il ne faut pas se tromper : c’est la prochaine marche qui est la plus importante : passer enfin ce cap des quarts de finale et rejoindre le dernier carré. 

Pierrot

  • Article
  •  
  • 10 Mars 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer