Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot avec Pierre Menes ? C'est là que ça se passe !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

Lyon fait tomber le roi

  • Article
  •  
  • 29 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

L’événement tant attendu par beaucoup a enfin eu lieu : le PSG a perdu son premier match de championnat hier soir, au Parc OL. Un match qui permet aussi à Lyon de retrouver le podium…

Lyon fait tomber le roi

Pour les Parisiens, s’il y a quelque chose de positif dans cette défaite, c’est qu’elle a été concédée face à un adversaire qui a sorti un grand match. D’autres avaient déjà réussi à perturber l’ogre parisien cette saison, que ce soit Saint-Etienne, Toulouse ou encore Nantes - qui menait aussi à la mi-temps. Mais les Lyonnais l’ont fait pendant quasiment toute la rencontre, avec un pressing très haut, peu économe en efforts mais ô combien efficace face à une équipe comme le PSG. D’autant plus efficace que le milieu de terrain parisien était amputé de Verratti et de Matuidi.

Après le joli but de Cornet, l’OL a continué à se procurer des occasions et puis, en fin de première période, on sentait que cela commençait à se craqueler, avec une occasion pour Lucas puis la frappe d’Ibrahimovic. On se disait que le champion de France était en train de reprendre le dessus, que Lyon allait payer ses efforts. Et c’est pourtant là que l’OL a doublé la mise. Un second but très symbolique, entre la stupéfiante apathie défensive parisienne sur l’action et le talent lyonnais incarné par cet exceptionnel sombrero de Darder sur Thiago Silva suivi de ce petit fouetté exter’ pied droit devant Trapp.

Au repos, l’OL possédait donc un avantage substantiel, mais en réduisant l’écart très tôt en seconde période par Lucas, Paris semblait capable de prendre l’ascendant physique comme c’est arrivé tant et tant de fois cette saison. Eh bien pas du tout. Lyon a continué à jouer avec une détermination et une implication énormes, que ce soit Mapou - qui a connu bien des moments difficiles cette saison - ou encore Lacazette, qui n’a pas marqué mais s’est montré brillant dans le jeu. 

Côté parisien, il y a des choses que je ne m’explique pas, notamment au niveau des choix de Laurent Blanc. Dans un match de cette importance, comment Van der Wiel peut-il être préféré à Marquinhos ? Le Néerlandais a fourni une prestation épouvantable. Quant à l’entrejeu du PSG, il est totalement dépendant de Verratti et c’est un gros problème. Lorsque le petit Italien n’est pas là, ça se voit et en plus, actuellement Motta est l’ombre de lui-même. 

Soderlund, cette escroquerie

Alors après cette défaite, je vois d’ici le grand débat du début de semaine : est-ce un mal pour un bien ? Personnellement, je pense que ce n’est jamais un bien de perdre un match. Et puis de toute façon, avant Chelsea il y en aura encore deux pour Paris : le premier, très difficile, en Coupe de France à Sainté et le second pas si évident au Parc face à une équipe de Montpellier dans une bonne période en ce moment. Le mois de mars arrive, c’est maintenant que le PSG doit faire fructifier ce qu’il a semé depuis le début de la saison et ne pas tout gâcher.

Dans l’après-midi, Nantes n’a pas été récompensé de sa très bonne première période contre Monaco, pendant laquelle l’ASM n’est restée en vie que grâce à Subasic. La seconde période a été un peu plus équilibrée, même si à l’arrivée les Azuréens n’ont cadré qu’une seule frappe de toute la partie. Ce 0-0 permet en tout cas à Monaco de reprendre un point au PSG (lol), avec un contenu toujours aussi pauvre, aussi dépourvu d’ambition et aussi triste à regarder.

Le match de 17h entre Saint-Etienne et Caen a été beaucoup plus enjoué. Et disputé sur un rythme très élevé, ce qui a aussi provoqué pas mal de déchet sur le plan technique. La différence entre l’équipe normande et son homologue ligérienne, c’est que la première nommée possède des joueurs offensifs de qualité, entre Féret, Delort, Rodelin ou encore Bazile. En face, il y a Soderlund. Ce mec est une escroquerie, il est lent, il rate une occasion à six mètres du but en envoyant un drop au-dessus de la barre bref, c’est un attaquant indigne des ambitions des Verts. Delort lui, a eu deux occases. Sur la première, il a buté sur Ruffier, la seconde il l’a mise au fond.

Ensuite, Rodelin s’est chargé de tuer le match avec un joli tir du gauche, le magnifique coup-franc pleine lunette d’Eysseric ne changeant rien au résultat. Les Verts sortent donc d’une semaine horrible, mais tout est tellement serré dans ce championnat que les enseignements qu’on tire ce soir à propos de quasiment toutes les équipes de Ligue 1 peuvent être remis en cause dès le week-end prochain. 

Pierrot

  • Article
  •  
  • 29 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer