Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot avec Pierre Menes ? C'est là que ça se passe !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

Quand on veut attaquer...

  • Article
  •  
  • 20 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Dans un très beau derby breton, Lorient et Guingamp ont démontré que la volonté offensive n'était pas qu'une question de moyens mais d'état d'esprit. Idem pour Montpellier qui s'est imposé sur la pelouse d'Angers. On ne peut pas en dire autant de Monaco, pourtant solide dauphin du PSG...

Quand on veut attaquer...

Quand l'amuse-bouche d'un repas n'est pas savoureux, il faut quand même rester assis au restaurant. Autant le Bordeaux - Nice de vendredi était sinistre et sans saveur, autant on a eu le droit à un samedi prolifique en buts et en spectacle. Le nombre de buts n'est pas toujours synonyme de qualité mais ça a été le cas hier soir, notamment dans le derby breton entre Lorient et Guingamp. Pourtant, ces deux équipes avaient la pression puisqu'elles regardaient derrière au classement. L'air de rien, les résultats n'étaient pas bons à Lorient depuis plusieurs semaines. Une défaite, comme elle a bien failli se dessiner puisqu'il y avait 2-0 pour l'EAG, aurait plongé les Merlus dans la course au maintien.

Comme quoi, marquer des buts et attaquer est une question d'état d'esprit dans le football. Il n'y avait pas que des stars sur le terrain hier soir mais ça jouait très bien, le ballon était au sol et il n'y a pas spécialement eu de coups. Résultat, nous avons eu le droit à des rebondissements ainsi qu'à sept jolis buts. On a assisté à l'un des matchs les plus agréables de cette saison en Ligue 1. Il a tourné en toute fin de rencontre à l'avantage des Merlus, sur un amour de coup-franc du toujours excellent Raphaël Guerreiro. Mais Salibur, Waris et les autres nous ont offert un match de très haut niveau. 

Pendant ce temps-là, dans l'anonymat habituel, Monaco a consolidé sa deuxième place. Bon, il faut dire que l'adversaire du soir n'était pas bien farouche. Ce qui est quand même un peu inquiétant, c'est que la première mi-temps a été très décevante et lorsque Troyes a réduit le score par Gueye, les Monégasques ont souffert. Même s'ils ont alourdi la marque en fin de match, c'est encore une prestation guère convaincante. Mais pendant ce temps-là, convaincants ou pas, les points continuent de tomber pour les Monégasques. Ils sont quasiment indélogeables de la deuxième place de ce championnat. 

Toulouse y va tout droit

Angers va beaucoup moins bien qu'il y a quelques semaines. Il faut dire qu'il manquait pas mal de monde au coup d'envoi dans les rangs du SCO. Ça s'est ressenti sur le plan défensif puisque les joueurs de Stéphane Moulin étaient menés 3-0 au repos. Ils ont craqué face à des Héraultais combatifs et offensifs, ce qui leur a valu les sifflets invraisemblables du public. Malgré leur bonne saison, ils se font siffler juste parce qu'ils sont menés au score à la mi-temps. Il y a peut-être même deux ou trois crétins qui ont dû se dire que les joueurs devaient mouiller davantage le maillot. Enfin, l'ingratitude des supporters n'est pas spécialement une nouveauté. Finalement, Angers a réagi en seconde période en revenant à 3-2. C'est insuffisant mais il faut relativiser. Certes le SCO n'occupe plus "que" la huitième place du classement mais il ne faut pas oublier que ça reste quand même une position tout à fait remarquable par rapport à ses moyens. 

De son côté, Toulouse continue inexorablement sa route vers la Ligue 2, sous les quolibets de ses supporters, qui ont choisi de s'amuser de cette situation. J'ai particulièrement bien suivi ce match - ainsi que le derby breton - et ce qui est terrible, c'est cette absence de révolte et d'envie. Une résignation évidente pratiquement dès le coup d'envoi de la rencontre. Ce n'était même pas spécialement étonnant de voir les Corses ouvrir le score. Sur ce but, personne ne défend vraiment, Lafont est complètement laissé à l'abandon. Il a fallu que Braithwaite profite d'un tir repoussé de Regattin pour égaliser dans les derniers instants. Ce match nul ne résout rien pour les Toulousains, dont les chances de s'en sortir sont très faibles. 

Quelques mots pour terminer sur le match du PSG. Sans être d'une grande qualité ou spécialement passionnant, ce match a lui aussi eu le mérite de nous offrir des buts. Il y en a notamment eu quatre pour le PSG, sous le règne du roi Zlatan. Il a encore scoré par deux fois et distribué deux passes décisives, quasiment en marchant. Cela en dit long sur l'écart entre le PSG et ses adversaires mais aussi et surtout sur le niveau de jeu d'un garçon comme Ibrahimovic. À 34 ans et des poussières, il continue d'écraser comme jamais notre championnat. C'est le deuxième joueur le plus prolifique d'Europe avec 22 buts et 10 passes décisives. Il n'y a que Luis Suarez qui a fait mieux que lui, en inscrivant 25 buts en Liga. C'est dire...

 

Pierrot 

  • Article
  •  
  • 20 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer