Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot avec Pierre Menes ? C'est là que ça se passe !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

La Bretagne, ça vous gagne

  • Article
  •  
  • 14 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Nantes et Rennes, tombeurs de Lorient et Angers, se replacent au classement et pourraient bien nourrir de grandes ambitions en cette fin de saison. À condition évidemment de confirmer lors des prochaines journées. De son côté, Toulouse continue de s'enfoncer dangereusement dans la zone de relégation.

La Bretagne, ça vous gagne

La journée a commencé vendredi avec la victoire heureuse du Stade Rennais face à Angers grâce à un but contre son camp de Bouka Moutou dans les arrêts de jeu. Les Angevins auraient dû ouvrir le score très tôt sur une action immanquable mais manquée - ce qui prouve d'ailleurs que cette expression ne veut rien dire - de Sunu. En ce moment, les hommes de Stéphane Moulin semblent marquer le pas sur le plan physique. Ces dernières semaines, ils ont quand même joué Monaco, Paris ou encore Lyon et forcément, ça laisse des traces. Lorsque les Rennais se sont montrés plus pressants en seconde période, les visiteurs ont beaucoup subi et se sont donc inclinés en fin de partie sur un coup du sort. Sans être étincelants, les Bretons ont pris trois points et c'est tout le paradoxe. Depuis l'arrivée de Courbis, cette équipe a fait très peu de bons matchs, pour ne pas dire aucun, mais elle est toujours placée en embuscade et pourrait bénéficier d'une bonne série pour viser plus haut. Dans ce championnat, dès qu'un club parvient à quelque peu enchaîner, il peut nourrir de bonnes ambitions. 

C'est notamment le cas de Nantes en ce moment. Les Canaris, à l'image de Sala et Adryan, les deux buteurs du soir, ont pris confiance. Cette équipe est dans une excellente phase, elle prend des points et se retrouve très bien classée. On ne peut pas en dire autant de Lorient, qui après une bonne période est en train de retomber dans l'anonymat le plus complet. 

L'équipe bipolaire du moment en Ligue 1, c'est Bordeaux. Les Girondins sont capables de marquer quatre buts dans une rencontre et d'en prendre autant lors de la suivante. Hier soir, c'était le bon côté de la pièce puisqu'ils se sont assez logiquement imposés sur la pelouse de Guingamp. Ils se sont montrés assez efficaces mais les problèmes défensifs ne sont pas pour autant réglés puisqu'ils ont encore été rejoints à la marque alors qu'ils menaient tranquillement de deux buts. Il va falloir se pencher sur le cas de cette équipe girondine qui est un peu cyclothymique. Il est évident que quand Rolan est efficace, que ce soit dans la création ou dans la finition, ça change considérablement le visage de ce groupe. Ce qui est sûr c'est qu'en ce moment, quand on regarde un match avec Bordeaux, on voit des buts. 

Gazon maudit

Les autres matchs de la soirée concernaient le maintien. Tous les mal-classés ont perdu, ou presque. Toulouse s'est logiquement incliné sur la pelouse de Montpellier. Je ne comprends pas pourquoi Arribagé a laissé Braithwaite sur le banc. Dès qu'il est entré, les Toulousains ont été beaucoup plus dangereux. Déjà que cette équipe ne marque pas beaucoup, alors si en plus l'entraîneur se permet de faire exploser le duo Ben Yedder - Braithwaite... À la moindre faute défensive ou erreur de placement, l'équipe peut encaisser un but et se trouve alors dans l'incapacité totale de réagir.

De son côté, Reims a été très malchanceux contre Bastia. Les Corses signent leur deuxième victoire consécutive, la première à l'extérieur depuis le début de la saison. Une défaite malheureuse pour les Champenois puisque Traoré a inscrit un but contre son camp en glissant, Mandi a touché le poteau de la cuisse et un penalty évident n'a pas été accordé à Bifouma suite à une faute de Cahuzac. Cette saison, dans l'ensemble, Reims joue bien au ballon, en tout cas mieux que son classement ne l'indique. Mais comment est-ce possible d'évoluer sur une pelouse aussi catastrophique ? Ce terrain empêche des joueurs comme De Préville, Oniangué ou Bifouma de développer un jeu cohérent. Une bonne pelouse peut parfois être la meilleure amie d'une équipe dans un match de ce genre. 

En Corse, sur un terrain similaire, le Gazélec a fait une très vilaine affaire en s'inclinant à domicile contre Troyes. On peut supposer que tout le monde ou presque prend trois points contre les Aubois mais les Corses n'en ont pris aucun. Ils avaient pourtant ouvert le score dès la première minute par Zoua sur corner. Derrière, ils ont encaissé trois buts plein de naïveté sur des contres troyens avant de finalement revenir dans le match. Dreyer a été le paradoxe de cette équipe de Troyes. Il a effectué quelques bons arrêts mais sur les buts qu'il prend sur corner, il reste sur sa ligne. Il va falloir lui expliquer qu'il faut qu'il sorte un peu pour pouvoir intervenir.

En tout cas, à part pour Bastia, cette journée n'a pas changé grand-chose en bas du classement.

La tête ailleurs

Enfin, dans l'après-midi, le PSG avait laissé huit titulaires sur le banc voire même carrément au repos contre Lille au Parc. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça s'est vu. Les Parisiens auraient quand même mérité de gagner car ils ont eu les plus belles occasions. Mavuba a sauvé sur sa ligne face à Kurzawa, Enyeama a gagné son duel devant Augustin mais l'ensemble a été trop moyen. On s'est surtout aperçu que le problème Cavani était devenu quasiment insoluble. Il va peut-être se réveiller contre Chelsea mais si c'est le cas, ce sera sûrement dans la peau d'un remplaçant. Ce ne sont certainement pas ses deux titularisations de la semaine, dont la dernière dans sa soi-disant meilleure place sur le terrain, qui plaideront pour lui. Cavani n'a marqué que deux buts cette saison en l'absence de Zlatan.

Après, ce match-là est parfaitement anecdotique pour le PSG. Pour ceux qui sont passionnés par ce fameux record d'invincibilité, il faut savoir que plus les Parisiens avanceront en Ligue des Champions - et c'est tout le mal que je leur souhaite - plus ils seront obligés de bazarder des matchs, ce qui leur coûtera tôt ou tard une défaite.

Pierrot

  • Article
  •  
  • 14 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer