Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot avec Pierre Menes ? C'est là que ça se passe !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

Insatiable Paris

  • Article
  •  
  • 01 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Malmenés par des Verts disciplinés et agressifs, les Parisiens sont quand même repartis de Geoffroy-Guichard avec les trois points grâce notamment à une belle prestation de Trapp. On ne peut malheureusement pas en dire autant de Costil, qui est passé au travers lors du naufrage de son équipe à Bordeaux.

Insatiable Paris

On a vécu une 23ème journée de Ligue 1 très sympa dans l'ensemble. Ce dimanche, nous avons eu le droit à trois bons matchs, à commencer par un Caen-Nice d'excellente qualité qui a vu les Normands triompher dans leur style. Ils se sont montrés très à l'aise en contre, ce qui est normal pour une équipe dont le jeu peut s'articuler autour d'un passeur de la qualité et de la spontanéité de Julien Féret. Patrice Garande a aussi pu compter sur des joueurs à l'aise dans la finition comme Rodelin, en très bonne forme et qui semble avoir enfin pris conscience de ses qualités.

En début de match, les Caennais ont notamment profité des erreurs de transmission des Niçois, qui ont malgré tout réalisé une prestation intéressante tout en courant après le score. Seulement les Aiglons se sont heurtés à un Vercoutre tantôt chanceux tantôt désopilant et parfois même carrément en état de grâce, comme sur cette frappe de Seri dans le deuxième acte. Cette belle victoire permet à Caen de se replacer dans ce championnat qui n'a ni queue ni tête. Chaque équipe qui enchaîne deux victoires de suite se replace pour quelque chose. Malgré la défaite, les protégés de Claude Puel n'ont quant à eux pas perdu beaucoup de certitudes dans cette partie.

On attendait aussi avec impatience de voir comment Bordeaux allait réagir après ces derniers jours difficiles pour le club. La grave blessure de Carrasso, le départ de Saivet puis celui de Khazri ou encore la grosse claque reçue à Lille en demi-finale de la Coupe de la Ligue ne présageaient rien de bon. Surtout que face aux Girondins se dressait une équipe de Rennes qui n'avait perdu qu'un seul match à l'extérieur depuis le début de la saison. Mais voilà, Bordeaux a réussi son match et Rennes a totalement raté le sien, à l'image d'un Benoît Costil rarement aussi peu inspiré. Il est responsable sur trois des quatre buts de la rencontre.

Rolland Courbis a ensuite effectué quelques choix bizarres comme le remplacement de Ntep à l'heure de jeu alors que ce dernier a besoin de jouer. À 2-0, perdu pour perdu, il aurait peut-être fallu être un peu plus audacieux. Mais on connaît Courbis, il est toujours en train de préparer le match suivant et à la 60ème minute, il s'est probablement dit que ce match était son joker et qu'il fallait passer à la suite. Les Bordelais ont profité de l'aubaine pour enfoncer le clou. Diabaté a inscrit ses quatrième et cinquième buts en quatre matchs, Touré - auteur d'une superbe saison l'année dernière mais qui avait un peu disparu de la circulation - a retrouvé le chemin des filets, tout comme Rolan qui revient petit à petit. Au moment où on pourrait douter du projet bordelais, peut-être que cette victoire, qui confirme quand même un très bon début d'année 2016 en Ligue 1, permettra au club de connaître une belle série.

 

Ibra : 14 buts en 12 matchs face à Sainté

Enfin, dans la soirée, comme à chaque déplacement du PSG, certains attendaient ou espéraient enfin un faux pas parisien. Il faut reconnaître que pour une fois, l'adversaire du club de la capitale a mis tous les ingrédients pour le faire chuter. Pourtant, Christophe Galtier avait mijoté une composition d'équipe pas très sexy, avec un système en 5-3-2-1 a priori peu ambitieux. Mais l'entraîneur stéphanois avait opté pour une tactique très agressive avec un gros pressing qui a beaucoup gêné les Parisiens en première période. D'autant qu'évidemment, quand Stambouli joue à la place de Verratti, on voit tout de suite la différence. L'ancien de Tottenham se positionne trop haut et ne vient pas demander le ballon dans les pieds. Il ne le conserve pas comme Verratti, qui est l'un des meilleurs joueurs d'Europe dans cet exercice.

Les Verts, pourtant volontaires, se sont aussi heurtés à un excellent Kevin Trapp. Comme je l'ai dit au CFC, j'attends avec impatience de voir les commentaires sur la prestation du gardien allemand, que beaucoup ont joyeusement déglingué pour des bourdes finalement sans grande importance sur le plan comptable. Là, Trapp a clairement été décisif, notamment sur cette sortie dans les pieds de Monnet-Paquet ou encore sur ce centre de Malcuit détourné par Lucas et qui en aurait trompé plus d'un à mon avis. À l'heure de jeu, quand Verratti est entré, Motta s'est comme métamorphosé et ce n'était clairement plus la même équipe du PSG. Et puis, il faut bien constater que Zlatan marque toujours contre les Verts. Il a inscrit 14 buts en 12 matchs contre Saint-Etienne face à Ruffier, qui est loin d'être n'importe qui. C'est une performance méritoire.

Finalement, le résultat de ce soir met en lumière le côté paradoxal du football. Les Verts avaient gagné le derby en jouant extrêmement mal, ils ont perdu contre l'ogre parisien en montrant des choses sur lesquelles ils devront s'appuyer pour la suite. On verra ce que ça donnera dès cette semaine puisqu'une nouvelle journée est programmée mardi-mercredi-jeudi. C'est évidemment d'une intelligence sans nom lorsqu'on a encore trois clubs concernés par la Coupe d'Europe dix jours plus tard. 

 

Pierrot

  • Article
  •  
  • 01 Févr. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer