Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot avec Pierre Menes ? C'est là que ça se passe !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

Monaco tient le bon bout

  • Article
  •  
  • 25 Janv. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Un Olympico de bonne facture mais qui ne fait les affaires d’aucune des deux équipes a clôturé la 22e journée de Ligue, à l’issue de laquelle c’est Monaco qui fait la bonne affaire.

Monaco tient le bon bout

L’enseignement principal de cette 22e journée pour moi, c’est la très bonne affaire réalisée par l’AS Monaco qui, en battant Toulouse sur un large score à Louis II, a repris la deuxième place à Nice. Je pense désormais que l’équipe de la Principauté va être dure à déloger, surtout si elle commence à remporter ses matchs à domicile. Alors, le score est à la fois logique et un peu sévère. Logique parce que la domination monégasque était totale face à un Téfécé qui semblait épuisé d’avoir joué deux fois le PSG en huit jours.

Et sévère si on considère que sur le premier but, Traoré est hors-jeu, que le ballon est peut-être sorti en touche sur le deuxième, que Subasic a arrêté un péno et que Toulouse a tapé deux fois la transversale. Mais bon, à l’arrivée l’ASM a attaqué, a montré du jeu et marqué de jolis buts. Derrière le PSG, c’est clairement l’équipe la plus régulière de ce championnat. Et elle possède aujourd’hui 9 points d’avance sur l’OL et l’OM, qui n’ont pu se départager hier soir au POL.

Un match globalement dominé par l’OL même si, assez bizarrement, ce sont les Marseillais qui se sont créés les meilleures occasions en première période. Après le repos, alors que Mandanda multipliait les prouesses - dont cet arrêt sensationnel sur la frappe de Valbuena - l’OM a ouvert le score avec un centre de Sarr, une très belle remise de Batshuayi pour la frappe sans contrôle de Cabella. Lyon semblait alors parti pour subir sa quatrième défaite lors des cinq derniers matchs de Ligue 1 et il a fallu une grosse étourderie de marquage d’Isla sur corner pour permettre à Tolisso d’égaliser. 

Mais on ne peut parler de ce match sans évoquer la prestation une nouvelle fois lamentable de monsieur Gautier, qui après avoir été au coeur de toutes les polémiques la semaine passée lors de Guingamp-Nantes, a été récompensé de son mauvais match en étant désigné pour arbitrer l’Olympico. Je ne sais pas moi, quand un joueur sort un match pourri, la fois d’après il est sur le banc. Lui, on lui a juste confié le match le plus important de la 22e journée. Logique.

Plaisir fugace et deux merveilles

Il a notamment pris trois décisions en défaveur de l’OM qui ont peut-être pesé très lourd dans le résultat du match. La première en n’expulsant pas Morel pour un tacle beaucoup trop dangereux sur Sarr, la deuxième en refusant un but à Batshuayi pour un hors-jeu inexistant et enfin la troisième en sifflant un coup-franc lui aussi inexistant pour une main imaginaire de Manquillo. Avec carton jaune pour le défenseur espagnol et but pour Lyon sur ledit coup-franc. Cela fait beaucoup d’erreurs pour un seul homme en deux matchs. Mais bon, j’ai beau, semaine après semaine, parler des problèmes récurrents de notre arbitrage - sans d’ailleurs y prendre le moindre plaisir -, les saisons passent et rien ne change. Tout le monde a l’air tellement content à la FFF et à la DNA que ça risque encore de continuer comme ça un bon moment…

A part ça, je retiens de cette 22e journée la première victoire de Troyes qui, grâce au très prometteur Cabot, a réussi à renverser la situation et à inscrire de jolis buts. C’est une belle récompense pour une équipe qui a toujours le souhait de bien jouer au foot et qui aurait mérité de prendre plus de points. Troyes est un plaisir fugace, mais c’est un plaisir quand même. Je retiens aussi Bordeaux, revenu de 0-2 à 2-2 et qui poursuit son bon début d’année 2016, malgré la probable grave blessure au genou de Carrasso. 

J’ai également vu Sainté, en pleine crise de nerfs, concéder un nul devant des Rémois courageux - sans Ruffier ils auraient même pu perdre. Et puis Bastia, qui s’est clairement fait voler à Guingamp. Enfin, il y a eu le très beau match du PSG devant Angers. Après avoir ouvert le score, le champion de France a trouvé sa vitesse de croisière et inscrit trois buts exceptionnels en seconde période : deux merveilles de précision et de spontanéité signées Di Maria et un but collectif qui est pour moi, le plus beau de la saison, marqué par Van der Wiel.

Pierrot

  • Article
  •  
  • 25 Janv. 2016
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer