Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot avec Pierre Menes ? C'est là que ça se passe !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

Marseille ne lâche rien

  • Article
  •  
  • 05 Oct. 2014
  •  
  • Pierre Ménès

Huit points : c’est l’écart qui sépare désormais l’OM du PSG avant le choc au Parc ce soir. Auteur d’un match convaincant à Caen avec un Gignac auteur de son 9e but de la saison, l’OM surfe toujours sur l’effet Bielsa.

Marseille ne lâche rien

La journée avait commencé vendredi soir avec la surprenante défaite de Bordeaux à Reims. Un match marqué par le retour des cadres que Vasseur avait écarté en début de saison : Agassa, Tacalfred, Devaux. A défaut de talent, ces trois-là ont apporté à l’équipe de la consistance. Les Rémois ont ouvert le score sur un but très chanceux de Fortes, avec un centre dévié. Et ils ont tenu jusqu’au bout cette victoire qui leur permet de respirer un peu.

Côté girondin, le plus étonnant a été cette incapacité à réagir. Globalement, on a vu une équipe de Bordeaux un peu pépère, à la limite de la suffisance. Comme s’il suffisait de se présenter sur la pelouse du Stade Delaune pour marquer cinq buts. Du coup, les Bordelais se sont fait sanctionner et ce sera une leçon à retenir pour la suite de la saison des hommes de Sagnol.

Et puis samedi après-midi, on n’a pas eu droit à un grand OM sur la pelouse de Caen, mais malgré ça on a assisté à un match épatant. D’abord parce que, comme face au PSG, le Stade Malherbe a offert une opposition courageuse et parfois intéressante. Même s’il a parfois été au bord de la rupture, notamment en fin de première période.

 

Gignac : un but symbolique

Mais cette fois, l’OM n’avait pas le même liant qu’à l’accoutumée. Les Phocéens sont quand même parvenus à ouvrir le score sur une jolie de tête au premier poteau de Romao consécutive à un corner d’Alessandrini. Les Normands ont ensuite égalisé mais le but de Da Silva a été refusé pour un hors-jeu discutable. Le problème, c’est que toutes les décisions arbitrales discutables sont en défaveur de Caen depuis le début de la saison.

Toujours est-il que le promu est finalement parvenu à égaliser quelques minutes plus tard sur une action de jeu similaire, avec cette fois Musavu-King à la finition. Et là où ce match est devenu épatant, c’est que les Caennais ont continué à vouloir décrocher leur premier succès de la saison à domicile et que, dans le même temps, l’OM ne semblait pas lui non plus vouloir se contenter du match nul. 

Vercoutre a alors été très bon devant Alessandrini puis Gignac, mais a fini par s’incliner au bout du temps additionnel sur un but hautement symbolique de ce que demande Bielsa à ses joueurs : alors qu’on est à la 93e minute et que l’OM tient un nul à l’extérieur, on retrouve Nkoulou dans la surface et c’est Mendy qui fait la passe décisive. 

Alors évidemment, quand tu es premier et que tu remportes tous tes matchs, tu es porté par un vent d’euphorie et de confiance. Ce dont les Marseillais profitent pleinement. Mais s’ils en profitent, c’est parce que leur souci permanent de jouer au foot est récompensé. Si d’autres pouvaient se mettre ça dans la tête, on verrait plus de matchs de cette qualité et avec ce suspense en Ligue 1.

 

Si en plus, Bielsa devient sympathique…

Et puis une dernière chose concernant Bielsa. El Loco a l’air de vraiment se prendre au jeu avec l’OM. Au début, je le trouvais un poil distancié par rapport à tout ça. Là, il commence à s’humaniser et à devenir plus démonstratif. Son accolade avec Gignac était chouette, tout comme la façon dont il a pris Garande dans ses bras à la fin du match. Déjà qu’il fait bien jouer son équipe, si en plus il devient sympathique, on n’a pas fini de parler de l’OM cette saison. 

Enfin dans les autres matchs de la soirée, l’événement marquant c’est bien sûr la chute de Bastia, qui a perdu le match des mal classés à Furiani devant Lorient. Après une première période épouvantable, Lorient a planté deux banderilles en 10 minutes et en contre. Après un début de saison encourageant, le Sporting semble s’étioler au fil des journées et, à moins d’une vraie prise de conscience, se prépare une saison compliquée.

Quant à Lorient, difficile de se faire une idée du réel niveau de cette équipe. Capables d’aller gagner à Monaco et à Bastia et de perdre à domicile devant Evian et Reims, les Merlus, qui restaient sur quatre défaites de rang avant ce match, ont tout pour finir dans le ventre mou du championnat s'ils rééditent ce genre de performance. J’ai envie de dire : comme d’habitude…

Pierrot

  • Article
  •  
  • 05 Oct. 2014
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer