Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot? C'est ici que ça se passe

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

Fekir est indispensable

  • Article
  •  
  • 15 Oct. 2017
  •  
  • Pierre Ménès

Grâce notamment à une nouvelle très grande performance de son capitaine, l'OL s'est imposé face à l'AS Monaco vendredi. Le PSG en a profité pour creuser l'écart sur son dauphin malgré un match piège à Dijon. Quant au Stade Rennais et au LOSC, ils touchent le fond mais creusent encore.

Fekir est indispensable

Tout d'abord, excusez-moi pour l'horaire tardif de ce post mais si vous avez regardé le combat de Tony Yoka, vous avez bien vu que j'étais au Zénith. Il a donc fallu que je regarde les matchs de la soirée en rentrant chez moi. Une journée qui a bien commencé vendredi avec un Lyon - Monaco très spectaculaire. Très remaniée, l'équipe monégasque a été logiquement décevante en première période malgré un score de parité (2-2) plutôt flatteur à la pause. Les Lyonnais ont notamment touché plusieurs fois les montants. Mais les hommes de Jardim ont su répondre aux buts de Mariano et Fekir, sur lesquels Kongolo s'est montré très inattentif. Bon, en même temps, c'était son premier match comme titulaire cette saison, il ne faut pas être trop exigeant non plus.

Dans le deuxième acte, Monaco a davantage pris la direction des opérations même si les Rhodaniens ont continué à se montrer dangereux. Finalement, la décision s'est faîte dans les arrêts de jeu sur un joli coup-franc de Fekir. Comme sur l'ensemble du match, Subasic n'est pas irréprochable sur cette action. Mais revenons plutôt sur le capitaine de l'OL, qui s'est offert un doublé et une passe décisive dans ce sommet de Ligue 1. Il faut croire que porter son équipe et inscrire sept buts et trois passes décisives en neuf journées, ce n'est pas suffisant pour être appelé en équipe de France. Pendant un temps, j'ai fait du lobbying pour Payet, je vais commencer à en faire pour Fekir, parce qu'il mérite largement sa place dans le groupe France.

Samedi après-midi, on pressentait un match piège pour le PSG et ça a bien failli être le cas. Evidemment, quand on a des blessés, une quinzaine d'internationaux et des Sud-Américains qui ne reviennent que l'avant-veille de la rencontre, ça complique les choses. En tout cas, bravo à Dijon qui a prouvé qu'on pouvait embêter Paris en jouant autrement que Montpellier, qui avait évolué à dix derrière. Les Dijonnais ne se sont pas reniés, ils ont essayé de mettre en place leur jeu et se sont créés des occasions. Le PSG a totalement déjoué en première période et Areola a dû s'employer au moins deux fois. Les individualités offensives étaient hors du coup.

Un manque d'efficacité inhabituel

Après le repos, les Parisiens se sont repris mais ils auraient pu payer l'étonnante inefficacité de Mbappé. Il aurait dû marquer au moins deux buts sur les trois occasions qu'il a eu. Si Cavani avait fait ça, je l'aurais envoyé au bucher donc il n'y a pas de raison que Mbappé soit épargné par cette critique. C'est finalement sur un tir de Neymar repoussé par Reynet que Meunier a ouvert le score. Mais dans les dernières minutes, il y a eu cette égalisation venue d'ailleurs de Jeannot, d'une frappe à la trajectoire assez étourdissante sous la barre. Et puis dans les arrêts de jeu, sur un magnifique débordement de Mbappé et un centre en retrait, Meunier s'est finalement offert un doublé avec un petit peu de réussite.

Entre les rencontres internationales et la Ligue des Champions, ce match n'était pas très bien placé et Paris l'a gagné sans la manière et surtout sans l'efficacité puisqu'il ne faut pas oublier qu'ils ont touché deux fois le poteau. Avec davantage de réussite, on n'aurait certainement pas eu la même analyse. Mais l'essentiel est atteint pour le PSG, qui prend le large au classement. 

Comme souvent, la soirée n'a pas été enthousiasmante sur tous les terrains. Toulouse s'est imposé contre Amiens grâce à un but d'Andy Delort, qui n'avait plus marqué depuis la première journée de championnat. Dans le haut du tableau, Saint-Etienne a réalisé la bonne opération en s'imposant à domicile face à Metz. Mais les Verts ont eu du mal contre des Grenats très courageux. Inefficaces offensivement, ils ont dû attendre dix dernières minutes assez folles pour enfin tuer le match. Après une réalisation de Söderlund refusée pour hors-jeu et un penalty de Dabo repoussé par Kawashima, Cafu - contre son camp - et Maïga ont libéré le Chaudron. Avec cette victoire, les hommes d'Oscar Garcia montent sur le podium de la Ligue 1.

Lille et Rennes, toujours plus inquiétant

Une place qu'aurait également pu occuper le Stade Malherbe de Caen. Mais à domicile, les Normands ont manqué trop d'occasions, à l'image de N'Kololo. Ils sont tombés face à des Angevins solides et emmenés par un Toko Ekambi toujours aussi inspiré. Buteur et passeur décisif, il a grandement participé au succès des siens après six matchs sans victoire. Les protégés de Stéphane Moulins sont désormais à égalité de points avec les Troyens, qui sont allés chercher le nul dans les dernières minutes à Lille. Une nouvelle fois, l'indiscipline défensive et le manque de concentration ont coûté des points aux Dogues, toujours englués dans le bas du classement. La situation du LOSC devient très préoccupante, surtout pour une équipe considérée comme un outsider de la compétition.

Et que dire de la prestation du Stade Rennais ? C'est de pire en pire chaque semaine. Le projet de jeu est incompréhensible, c'est trop faible offensivement et inconstant derrière. Sans un bon Koubek, les joueurs de Gourcuff auraient été menés bien plus tôt dans cette rencontre. En deuxième période, ils ont perdu leurs nerfs et Khazri a même été expulsé. Une situation qui pourrait mal finir au vu de la réaction des supporters, qui ont voulu montrer leur mécontentement et leur désarroi en fin de rencontre.

Pierrot

  • Article
  •  
  • 15 Oct. 2017
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer