Pierre Ménès

PIERROT FOOTBALL BLOG

Envie de parler foot? C'est ici que ça se passe

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS

Europa League, les deux écoles

  • Article
  •  
  • 28 Sept. 2017
  •  
  • Pierre Ménès

En jouant le jeu, Nice a fait un pas vers la qualification avec sa victoire face au Vitesse Arnhem. En faisant tourner, Marseille est tombé dans le piège autrichien. Enfin, un OL assez moyen a dû se contenter du nul face à l’Atalanta.

Europa League, les deux écoles

Lors des matchs de 19h, on a eu droit à deux écoles. L’école « je mets ma grosse équipe » (Nice) et je gagne 3-0 et l’école « je fais considérablement tourner » (Marseille) et je perds 1-0. Le plus rigolo, c’est que les deux équipes se rencontrent ce week-end en championnat. On verra alors qui de Favre ou de Garcia a fait le bon choix dans ce débat même si, de mon point de vue, le bon choix est évidemment celui du technicien suisse, qui lui n’a pris par dessus la jambe cette Europa League. 

Comme tous les ans, on va se dire : « Pourquoi aucun club français ne va jamais au bout dans cette compète ? » Mais parce que dans leur grande majorité, les clubs français s’en foutent. Avec l’équipe mise sur pied par Garcia hier soir, il n’est pas étonnant d’avoir vu un OM moins bon que lors des trois derniers matchs. Les Olympiens se sont battus jusqu’au bout la saison dernière pour finir européen et trois mois plus tard, ils ne jouent pas sérieusement. C’est un constat désespérant qu’on fait depuis plusieurs saisons avec les clubs français jouant l’Europa League. 

Ceux qui ont retenu la leçon de l’année passée, ce sont les Niçois. Les Aiglons ont remporté 3-0 leur match face à une équipe d’Arnhem assez faible il faut bien le dire, ce qui n’enlève rien au très bon match du Gym. Auteur d’un doublé, Plea a montré qu’il commençait à bien récupérer de sa blessure au genou et Saint-Maximin a confirmé ses progrès constants avec un but magnifique inscrit au bout d’une chevauchée solitaire de 60 mètres. Avec six points (comme la Lazio) et les deux autres équipes à zéro, Nice est bien parti dans cette poule.

Et puis en soirée, Lyon a concédé son deuxième match nul en autant de rencontres dans cette EL et cette fois, c’est un peu plus embêtant car c’est à domicile. L’OL a bien attaqué le match, avant de se heurter à la défense très bien organisée de l’Atalanta. Mais les hommes de Génésio ont fini par trouver l’ouverture juste avant la mi-temps avec une belle action collective et un super boulot de Fekir - scandaleusement oublié par Deschamps - dont le centre a été repris d’une Madjer par Traoré, repoussée par Berisha… sur l’attaquant burkinabé qui n’a pas laissé passer cette seconde chance en marquant d’une frappe sous la barre.

Après le repos, je n’ai pas senti Lyon très saignant et les Bergamasques ont égalisé peu avant l’heure de jeu sur un coup-franc qui a transpercé un mur lyonnais pas exempt de tout reproche sur le coup. L’OL a poussé en fin de match mais de façon trop désordonnée pour espérer tromper une équipe italienne défensivement au point. Ce n’est évidemment pas un bon résultat, tempéré néanmoins par le nul concédé par Everton sur sa pelouse face à Limassol. Mais le constat est que l’on n’arrive pas à voir le vrai niveau de l’Olympique Lyonnais dans cette compétition. C’est bien gentil de faire un grand match défensif au Parc, mais ce n’est pas plus mal de le confirmer derrière. Or depuis, Lyon a concédé deux nuls à domicile. 

Pierrot

  • Article
  •  
  • 28 Sept. 2017
  •  
  • Pierre Ménès

Commentaires

comments powered by Disqus
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer