Monaco braque Paris

  • Article
  •  
  • 20 Janv. 2010
Monaco braque Paris

L'AS Monaco a réalisé le coup parfait, mercredi au Parc des Princes, lors de la 21e journée de Ligue 1 (1-0). Un succès acquis grâce à un but contre-son-camp d'Edel. Les hommes de Guy Lacombe profitent de cette victoire heureuse pour conforter leur place dans le peloton de tête. Pour les Parisiens, en revanche, la déception doit être grande. Le PSG a touché le poteau et la transversale mais il repart bredouille et s'enfonce dans le ventre mou du classement.

Les regrets sont éternels. Mais ils n'apportent pas le moindre point. Tant pis pour le Paris Saint-Germain tout simplement maudit face à l'AS Monaco. Les hommes de Kombouaré ont dominé, ils se sont créés plusieurs occasions franches, trouvé le poteau et la transversale et surtout buté sur un Ruffier tout simplement énorme. Certes, le Paris Saint-Germain a montré un autre visage après la déculottée subie à Lille (1-3), mais cela n'a servi à rien.

La première opportunité est d'ailleurs à mettre au crédit de Park, dont la tête passe au-dessus (1e). Cueillis à froid, les Parisiens réagissent dans la foulée avec un déboulé de Giuly qui centre, Luyindula reprend une première fois, Ruffier repousse, Chantôme frappe à son tour mais le portier dégage en corner (3e). Au-delà de cette action, les Parisiens montrent une vraie volonté d'harceler le porteur du ballon afin de ne pas laisser l'ASM imposer son jeu.

Malgré tout, les hommes de Guy Lacombe existent grâce à un jeu en passes courtes. Haruna trouve ainsi Park dans la profondeur mais l'attaquant ne cadre pas (14e) avant que Nenê n'envoie un missile qui heurte l'extérieur du poteau d'Edel (17e). Mais Paris reprend rapidement la main avec un centre parfait de Chantôme vers Luyindula qui, seul dans la surface, n'appuie pas suffisamment sa tête (20e). C'est ensuite Jallet qui ne cadre pas sur coup franc (22e) avant que Makelele ne s'essaye à son tour (29e).

Giuly touche du bois, Luyindula aussi

Paris accélère encore en cette fin de première période avec une tête de Luyindula (37e) puis une énorme opportunité avec Mongongu qui joue en retrait de la tête et surprend totalement Ruffier lequel s'arrache et dévie le ballon du bout des doigts juste devant sa ligne (43e) ! Les hommes de la Principauté n'ont pas le temps de digérer que Luyindula échappe au marquage de Mongongu et fait face à Ruffier mais c'est le portier qui a le dernier mot en dégageant du pied (44e). A la pause, Paris peut regretter de n'avoir pas su prendre l'avantage.

A la reprise, les Parisiens mettent clairement la main sur le ballon. Cela se traduit par un coup franc de Chantôme que Ruffier enlève de sa lucarne (49e) puis par une combinaison entre Erding et Giuly qui entre dans la surface et envoie une mine sur la transversale de Ruffier (51e). Paris tient le match et l'étincelle vient encore de Giuly qui décale superbement Luyindula à l'entrée de la surface, l'attaquant arme et envoie une grosse frappe que Ruffier détourne sur son poteau (66e). Dans la minute, Chantôme frappe dans un angle très fermé mais Ruffier place sa main à la base du poteau (67e). Quand ça ne veut pas...

La boulette d'Edel

Les hommes de Kombaouré ne sont pourtant pas au bout de leur peine. Comme dans leurs pires cauchemars, les Parisiens vont craquer sur un coup du sort. Alors que Nenê s'enfonce dans la surface et cherche le penalty, le Monégasque décale Muratori qui centre et Edel se prend les pieds dans le tapis et marque contre-son-camp (0-1, 67e). Kombouaré décide de lancer ses dernières cartouches avec Maurice et surtout Hoarau acclamé par le Parc des Princes. Les deux entrants se distinguent avec une passe parfaite de Maurice pour Hoarau qui frappe de l'extérieur à 5 mètres du but mais Ruffier s'interpose encore (80e).

Paris insiste encore avec deux centres de Maurice vers Erding et Luyindula (85e) puis vers Hoarau (88e) mais les deux fois Puygrenier s'interpose. Jusqu'au bout des arrêts de jeu, le PSG va tenter de forcer le destin et à la 96e minute de jeu, Hoarau se retrouve une nouvelle fois face à Ruffier mais le portier réalise encore un arrêt splendide. Monaco peut grandement remercier son gardien qui a fait des miracles. Le PSG, lui, doit courber l'échine sans s'arrêter au résultat brut. Pas simple...

  • Article
  •  
  • 20 Janv. 2010

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer