WTA - News

Capriati et Nike tuent Sharapova

  • Article
  •  
  • 08 Mars 2016
Capriati et Nike tuent Sharapova

Certains, la plupart d'ailleurs, éprouvent plutôt de la compassion pour Maria Sharapova après la révélation de son contrôle positif au meldonium lors du dernier Open d'Australie (la Russe a elle-même tenu une conférence de presse lundi pour l'annoncer). "Quelle classe d'organiser ça afin d'admettre une erreur", a écrit, par exemple, James Blake sur Twitter. "Je n'ai pas tous les faits, j'espère que c'est une erreur honnête, reprend à son tour Martina Navratilova. Ce truc était légal jusqu'en 2015, autant que je sache."

Mais à l'inverse, d'autres ne sont pas du tout contents, à l'image de Jennifer Capriati qui s'est lâchée: "Je suis extrêmement en colère et déçue. J'ai dû arrêter ma carrière, je n'ai jamais opté pour la triche. J'ai dû jeter l'éponge et souffrir. Je n'ai jamais eu l'argent pour me payer des médecins qui parviennent à contourner le système et à me permettre de tricher, en attendant que la science m'attrape... Tout est basé sur l'illusion et le mensonge depuis 20 ans, le tout conduit par les médias. Ce n'est pas juste."

Nike a décidé d'arrêter son contrat

Taxée de haineuse, elle a fini par répondre: "Comment peut-on dire ça, alors que je ne suis qu'une passionnée qui protège mon sport ?" Capriati, elle, avait connu d'autres problèmes de drogue dans les années 90 avant d'entamer un come-back triomphal au début des années 2000. Kelly Sotherton, la médaillé de bronze olympique britannique de l'heptathlon, pense pour sa part que "si ç'avait été en athlétisme, l'affaire aurait été traitée de manière beaucoup plus dure, mais bon"... Mais le pire, pour Sharapova, n'est pas dans ces commentaires. Ça vient de Nike, son sponsor principal, qui a décidé d'arrêter son contrat avec la Russe.

"On est attristés et surpris par cette information, explique ainsi l'équipementier américain dans un communiqué. Nous suspendons notre association avec Sharapova durant l'enquête." En attendant plus, peut-être... Elle risque quatre ans de suspension, mais certains réclament pire. "Lance Armstrong a dû redonner ses titres et médailles, rappelle la comédienne américaine Akilah Hughes. A la méritocratie, Serena Williams devrait donc récupérer Wimbledon 2004 et la première place mondiale de cette même année." On n'en est pas encore là.

  • Article
  •  
  • 08 Mars 2016

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer