News

Entre soeurs jumelles

  • Article
  •  
  • 27 Janv. 2012
Entre soeurs jumelles

Samedi, en finale de l'Open d'Australie, Maria Sharapova et Victoria Azarenka vont s'affronter avec un double objectif: remporter le premier tournoi du Grand Chelem de l'année et ravir la place de n°1 mondiale à Caroline Wozniacki. Entre les deux joueuses, qui ne se sont jamais rencontrées dans un tournoi majeur, les points comparaisons ne manquent pas, qu'ils soient physiques, tennistiques ou... sonores.

Le public était habitué aux finales entre les soeurs Williams, dont on recense pas moins de neuf occurrences en Grand Chelem. Il va maintenant découvrir, samedi en Australie, les finales entre les fausses jumelles Maria Sharapova et Victoria Azarenka. En demies, les deux grandes blondes venues de l'Est ont poussé le mimétisme jusqu'à s'imposer toutes deux à l'issue de trois manches et 2h12 de lutte. Et avec le même style de jeu d'attaque de fond de court, fait d'agressivité, de lourdes frappes... et de cris. Mais chut ! Si les Maria et "Vika" font souvent frémir les compteurs de décibels, elles n'ont pas envie que ça s'ébruite.

"Mon Dieu, à chaque conférence de presse, vous remettez le sujet sur le tapis. Pourriez-vous me surprendre avec d'autres questions ?", s'est énervée Azarenka devant les journalistes, vendredi, avant d'être défendue par son coach, le Français Sam Sunyk : "Je n'entends personne dire que Nadal devrait arrêter de se gratter les fesses après chaque point ou que Roddick devrait cesser de se toucher les parties génitales. Pourquoi se plaindrait-on des filles qui poussent des cris?". Quant à Sharapova, elle n'a pas souhaité s'étendre sur les critiques de Radwanska à son encontre : "Elle n'est pas encore rentrée en Pologne ?" Bon. Passons.

Sharapova: "Un long processus"

Pour en revenir à cette finale, là où le parallèle s'arrête entre les deux joueuses, c'est au niveau de l'expérience. Dans ce domaine, Sharapova fait office de grande soeur. La Russe n'a que deux ans de plus que sa future adversaire, mais sa première finale de Grand Chelem remonte à Wimbledon 2004. Mais depuis son sacre à Melbourne en 2008, Sharapova a connu une petite traversée du désert, causée en grande partie par une blessure à l'épaule. C'est un joli clin d'oeil du destin que de la voir rejouer une finale de Grand Chelem en Australie, après être revenue de pratiquement nulle part.

"Avec cette épaule, j'ai entendu des histoires de gens qui ne se sont jamais véritablement remis d'une telle opération et cela m'a fait un peu peur, bien que je n'avais véritablement aucune autre option, a expliqué Sharapova. Bien sûr, ça a pris du temps et ce fut un long processus, mais ce n'était que l'une des étapes au travers desquelles je devais passer. Et j'ai réussi." Durant cet Open d'Australie, Sharapova n'a pas trahi sa réputation de gagneuse en s'en sortant au mental contre Lisicki en huitièmes ou contre Kvitova en demies. On la voit mal passer complètement à côté de sa finale.

Azarenka: "J'ai grandi en tant que joueuse"

Azarenka, quant à elle, a longtemps été considérée comme une joueuse dont le mental n'était pas la hauteur du talent. Mais la Biélorusse a travaillé dessus. Et sa gestion du troisième set en demi-finale contre Kim Clijsters, la tenante du titre, en est la preuve. "J'ai grandi en tant que joueuse, en tant que personne et j'ai essayé d'apprendre de mes erreurs passées et de m'améliorer", s'est-elle félicitée après la rencontre. N°3 mondiale depuis septembre 2011, Azarenka a connu une progression lente mais régulière. La voir en finale de Grand Chelem, après avoir disputé celle du Masters en 2011, n'est que la suite logique.

Accessoirement, Azarenka pourrait être, au même titre que Sharapova, n°1 mondiale en cas de victoire samedi. Avec Kvitova et évidemment Wozniacki, elles étaient quatre au début du tournoi à pouvoir prétendre au trône. Comme si la saison débutait pour toutes avec une page blanche. Mais pour la plupart des joueuses, le classement importe peu. "J'ai déjà été dans cette position auparavant et ça ne change rien de mon point de vue, a expliqué Sharapova. Je crois, personnellement, que c'est plus important de remporter ce tournoi que de devenir n°1 mondiale. Ça a toujours été mon principal objectif." Elle en est aujourd'hui très proche.

  • Article
  •  
  • 27 Janv. 2012

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer