News

Djokovic serre les dents

  • Article
  •  
  • 25 Janv. 2012
Djokovic serre les dents

Les quatre meilleurs joueurs du monde seront bien au rendez-vous des demi-finales à l'Open d'Australie. Après le duo Federer-Nadal la veille et Murray plus tôt dans la journée, Novak Djokovic a complété ce carré d'as en s'imposant ce mercredi face à David Ferrer (6-4, 7-6, 6-1). Mais le n°1 mondial a puisé dans ses réserves et a laissé apparaître une douleur à la cuisse inquiétante.

Les sessions de nuit à l'Open d'Australie sont décidément propices à des combats homériques. Au lendemain de l'intense Nadal-Berdych, Novak Djokovic et David Ferrer ont offert ce mercredi un haletant bras de fer, fruit de la résistance incroyable de l'Espagnol et de la détermination du Serbe. Après avoir battu Lleyton Hewitt en quatre manches il y a deux jours, le n°1 mondial passait d'ailleurs son premier gros test à Melbourne, avec succès puisqu'il s'est imposé en trois manches (6-4, 7-6, 6-1) après près de trois heures de jeu. Mais il a sérieusement puisé dans ses réserves, laissant affleurer un pépin physique embêtant pour la suite du tournoi. Visiblement gêné par une douleur à la cuisse gauche, Djokovic a serré les dents pour sortir vainqueur de cette rencontre.

Andy Murray, son adversaire en demi-finales, est le joueur, avec Federer, qui a passé le moins de temps sur le court depuis le début de la quinzaine australienne. L'Ecossais sera donc frais et en pleine possession de ses moyens à l'heure de prendre sa revanche de la finale perdue il y a un an. Le Serbe, poussé à la limite par Ferrer, surtout dans la deuxième manche, s'en est finalement bien sorti. La perte du jeu décisif, après déjà plus de deux heures de jeu, aurait sans doute changé beaucoup de choses dans la physionomie du match. Mais Djokovic a mieux négocié les points importants que son adversaire, ajoutant au bon moment une dose de précision et de puissance à ses coups, alors que l'Espagnol, bagarreur comme à son habitude, a commis quelques petites fautes par-ci par-là qui font toute la différence.

Intouchable dans la troisième manche

La fin du deuxième set constitue le tournant du match. En souffrance sur son engagement, avec des premières balles singulières, le Serbe se tenait régulièrement la hanche entre les points. Mais s'il ne parvenait pas à donner sa pleine mesure au service, il ne lâchait pas un centimètre dans sa couverture de terrain. Ferrer, avec un mini break d'avance dans le jeu décisif, semblait alors beaucoup plus frais et capable de tenir des heures à renvoyer la balle. Djokovic, qui envoyait pourtant des signaux inquiétants, trouvait l'énergie pour sortir des coups tranchants et acculer l'Espagnol loin de sa ligne de fond de court. Et comme s'il venait de se régénérer en menant deux sets à zéro, le Serbe s'envolait dans la troisième manche en produisant un tennis de rêve. Balles prises au sommet du rebond, angles incroyables, frappes chirurgicales, Djokovic était redevenu invincible.

Ferrer a sans doute cru pouvoir renverser le n°1 mondial. Mais il en faut plus, beaucoup plus, et l'Espagnol ne dispose pas de la palette de coups nécessaires. "Ce fut un match magnifique de presque trois heures de jeu. Lors de la première demi-heure, on a joué seulement deux jeux, a ironisé Djokovic devant la caméra d'Eurosport. Je savais bien que ce serait une nuit très longue. Face à David Ferrer, il faut s'accrocher car il ne lâche jamais rien. Je ne pensais pas m'en sortir en trois sets. Mais à deux manches à zéro, l'élan était de mon côté." Pas un mot sur sa hanche, histoire d'entretenir le mystère et de ne pas donner d'information à Murray, son prochain adversaire. "Contre Andy Murray, je vais essayer de reproduire le même match que l'année dernière. Avec Ivan Lendl à ses côtés, il est très bien préparé physiquement."

  • Article
  •  
  • 25 Janv. 2012

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer