News

O'Driscoll, prince de 100

  • Article
  •  
  • 11 Mars 2010
Commentaires
O'Driscoll, prince de 100

Ajoutant un peu plus à sa légende, Brian O'Driscoll, le capitaine du XV du Trèfle, opposé samedi, à Dublin, en ouverture de la 4e journée du Tournoi des Six Nations, au Pays de Galles et toujours en course pour conserver son titre dans le Tournoi, honorera à cette occasion sa 100e sélection en équipe d'Irlande. Tout sauf une fin en soi pour l'icône irlandaise.

Declan Kidney, le sélectionneur irlandais, a choisi de reconduire dans son intégralité le quinze victorieux de l'Angleterre (20-16) il y a quinze jours, à Twickenham, pour la réception du Pays de Galles samedi, à Dublin, dans le cadre de la 4e journée du Tournoi des Six Nations. Geordan Murphy, titularisé face à la Rose en raison du forfait sur blessure de Rob Kearney, garde ainsi la main au poste d'arrière, en dépit du rétablissement de l'habituel taulier du poste. Le jeune Jonathan Sexton rempile également à l'ouverture, laissant sur le banc un Ronan O'Gara pourtant auteur d'une excellente rentrée en seconde période face aux Anglais.

Mais l'évènement à l'occasion de ce match, concernera l'icône locale, meilleur joueur du Tournoi 2009 et du Grand Chelem historique des hommes en vert, Brian O'Driscoll, le capitaine irlandais, qui deviendra, deux semaines après son partenaire et pilier, John Hayes, le deuxième joueur irlandais de l'histoire à intégrer le cercle très fermé des centurions du rugby international en honorant sa 100e cape sous le maillot vert.

BOD: "Je ne vais pas en rester là"

Une page de plus à ajouter à la légende de BOD, l'un des meilleurs joueurs de sa génération – il a été retenu dans la meilleure équipe de la décennie en fin d'année dernière -, qui à 31 ans et après conduit l'Irlande à 62 reprises en tant que capitaine garde pourtant l'appétit d'un junior. Pas question pour cet extraordinaire compétiteur de se reposer sur ces nouveaux lauriers, même après un dernier exploit à Twickenham, d'où lui et ses coéquipiers sont sortis vainqueurs (20-16) il y a quinze jours, se relançant du même coup dans ce Tournoi après la perte de leur Grand Chelem à Paris. "Je ne vais pas en rester là, annonce-t-il sur le site des Six Nations, flairant sans doute le risque de passer un peu trop vite à la postérité. J'ai l'intention de continuer à jouer aussi longtemps que mon corps et mon esprit – et les coaches – me le permettront." Une soif de jouer et de vaincre intactes, qui forcent l'admiration de ses partenaires.

Paul O'Connell, autre pilier du XV du Trèfle, n'a pas de mots assez forts pour saluer l'impact d'O'Driscoll, avec lequel il fut pourtant placer en concurrence pour porter le brassard de capitaine, sur le rendement de l'équipe nationale. "Il est incroyable. Il évoque souvent des personnes, qui sont des meneurs par l'exemple, et c'est exactement ce qu'il fait plus qu'aucun autre d'entre nous, souligne le deuxième ligne du Munster. "Il est rare que votre meilleur joueur soit à la fois votre meilleur défenseur ou votre meilleur plaqueur, mais la plus grande force de Brian, c'est sa défense et sa capacité à « chasser » ses adversaires sur un terrain. Il fait preuve d'une incroyable agressivité pour un joueur dont on loue le côté flamboyant. Il fait preuve d'une telle agressivité sur les placages et dans les rucks. Pour une équipe, c'est une grande source d'inspiration. Il est représente toujours un exemple pour les joueurs dans le squad. Il est un joueur complet et c'est ce à quoi tout le monde aspire, le joueur complet en défense comme en attaque. C'est ce que Brian fait pour nous. Le rugby irlandais périclitait dans les années 90 et nous nous sommes mis à jouer avec plus de confiance. Une grande partie de cela est à mettre au crédit de Brian et de son attitude sur le terrain. " N'en jetez plus !

L'intéressé, lui, en dépit des honneurs, de la reconnaissance populaire et médiatique, et autres distinctions, goûte toujours sa condition de sportif de haut niveau avec le même bonheur. "J'aime toujours autant aller m'entraîner tous les jours et j'aime toujours autant jouer, même s'il y a des aspects de ce job que j'apprécvie moins. Mais rentrer sur le terrain et pratiquer ce sport tous les jours est quelque chose d'unique. Le prochain match sous le maillot vert pourrait être mon dernier. Je ne pense pas qu'on puisse prétendre aller bien loin si vous ne gardez pas cela à l'esprit..."

  • Article
  •  
  • 11 Mars 2010
Commentaires

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium