News

Iniesta, l'accélérateur de particules

  • Article
  •  
  • 02 Juil. 2012
Commentaires
Iniesta, l'accélérateur de particules



Entre "magique" et "magnifique" Andres Iniesta a eu du mal à choisir. Ces deux mots sont souvent revenus dans sa bouche à l'issue de la victoire espagnole en finale de l'Euro 2012, de son Euro. Car depuis le début du tournoi, celui qui évolue en sélection depuis 2004 et qui a grandement participé aux trois glorieuses, multiplie les performances de haut vol. Placé sur le flanc gauche de l'attaque, un cran au-dessus de son habituel poste lorsque David Villa, blessé lors de la Coupe du monde des clubs avec le Barça, tient son rang, il a été le détonateur d'une équipe qui a parfois eu tendance à ronronner... mais à gagner.

Le manque de verticalité, qui a pu faire passer l'époustouflant jeu de passes de la Roja comme ennuyeux aux yeux des plus bougons - Cesare Prandelli expliquera que c'est dû à la répétition des victoires -, a donc en partie été solutionné par la vista d'un Andres Iniesta capable de dribbler dans des espaces extrêmement réduits avant de délivrer la bonne passe ou le décalage qu'il convient. Avec un Xavi Hernandez un ton en dessous de son niveau des compétitions précédentes, tout du moins jusqu'à une finale où il aura brillé de mille feux, l'importance du n°6 espagnol a été encore plus criante.

Ainsi, avec Fernando Torres en point d'appui devant ou avec Cesc Fabregas pour apporter un milieu supplémentaire avec lequel combiner, il n'y a guère eu de différence pour un Andres Iniesta que certains veulent déjà envoyer vers le podium du Ballon d'Or. "Je suis content de mon tournoi, pour moi marquer n'est pas le plus important, cela a toujours été content, je suis heureux. Je ne joue pas pour gagner le Ballon d'Or mais pour m'amuser et profiter et si les gens valorisent ce que je fais c'est super !", répond le natif de Fuentealbilla, près d'Albacete, élu meilleur joueur de cet Euro 2012. De fait, la réalité de début juillet ne sera pas forcément la même en décembre prochain...

Un cadeau de mariage avant l'heure

Très courtisé en zone mixte, celui qui n'aime pas forcément se mettre en avant ne recule pas pour autant à l'heure de se confesser. "On va profiter de cette victoire qui est unique et magique même si je pense qu'on ne se rend pas encore compte de l'ampleur de ce succès", tente-t-il, avant d'enchaîner sur les raisons de ce succès si large et de la portée historique de la performance des Espagnols. Et puis, vient la référence à son mariage à venir. Son visage s'illumine encore un peu plus, il évoque "un cadeau en avance". A l'image de tous ses coéquipiers, dont certains ont voulu faire passer la pelouse du stade olympique pour une garderie, il a pu profiter de la présence de ses proches pour commencer à fêter cette victoire incroyable.

"Partager ces moments avec les tiens, c'est magnifique", jubile-t-il. Déjà héros de tout un peuple en marquant le but de la victoire en finale de la Coupe du monde 2010 en Afrique du sud, Andres Iniesta continue sa moisson... "Je n'ai jamais pu imaginer que je serai ici un 1er juillet à remporter mon deuxième Euro, je n'ai jamais pensé que je gagnerai autant de trophées, mon but c'était d'être joueur pro, de m'amuser dans mon métier, j'y arrive et j'espère que ça va continuer comme ça", plaide-t-il. La Roja peut se rassurer, à seulement 28 ans, il a encore tout l'avenir devant lui...

  • Article
  •  
  • 02 Juil. 2012
Commentaires

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium