Vendredi 19/01: La nuit olympique en un coup d'oeil

  • Article
  •  
  • 20 Févr. 2010
Vendredi 19/01: La nuit olympique en un coup d'oeil

La rédaction a suivi pour vous les épreuves de la nuit des Jeux Olympiques d'hiver de Vancouver. Des prestations des Français, qui n'ont pas réussi à compléter leur tableau de chasse lors de cette 7e journée de compétition, en passant par les champions olympiques de la nuit, la phrase, le fait marquant, la stat ou encore le couac de la nuit, vous saurez tout de ce qui s'est passé à Vancouver.

LES FRANCAIS DE LA NUIT

Ski alpin – Super G (M) : Tessières, Fayed, Poisson, Théaux
A l'instar de la descente disputée en début de semaine, le Super G olympique de Vancouver n'a guère souri aux quatre mousquetaires français. Principal espoir de médaille tricolore dans cet exercice après sa belle septième place au terme de la descente, David Poisson n'a pu atteindre la ligne d'arrivée, victime d'une sortie de piste peu après le deuxième intermédiaire. Guillermo Fayed et Gauthier de Tessières, eux, ont bien arrêté le chrono, mais avec les 22e et 31e temps respectivement. Seul Adrien Théaux s'en tirant avec une honorable 13e position, à moins d'une seconde (90 centièmes) du Norvégien Aksel Lund Svindal, la nouvelle référence olympique en terme de Super G.

Ski de fond – 15 km poursuite (D): Laurent-Philippot, Storti, Vina et Cuinet
Le ski de fond tricolore n'est décidément pas à la fête à Vancouver. A l'image du sprint ou du 10 km libre, la poursuite 15 km n'a pas inspiré les Françaises, reléguées loin ce vendredi de l'intouchable norvégienne Marit Bjoergen. Karine Laurent-Philippot a eu beau limiter la casse, en prenant la 19e place avec 2'23 de retard sur la reine du jour, le bilan est médiocre. Parvenues à leurs fins avec un passif respectif de 2'53, 4'26 et 4'46, Aurore Cuinet, Cécile Storti et Emilie Vina se classent 32e, 45e et 49e.

Saut à skis – Qualifications grand tremplin : Lazzaroni, Chedal, Descombes-Sevoie, Mabboux
La journée de vendredi s'est révélée fructueuse pour le saut à skis français. Le petit tremplin déjà écumé, les voltigeurs de ces JO 2010 étaient invités à prendre leurs marques sur le grand tremplin, à l'occasion des qualifications. Et trois des quatre tricolores engagés dans la discipline y ont trouvé leur billet pour la finale. Grâce à des sauts mesurés à 128 et 122,5 mètres, Vincent Descombes-Sevoie et David Lazzaroni ont ainsi assuré l'essentiel, la palme en la matière revenant toutefois à Emmanuel Chedal, auteur d'un bond de 137 mètres, soit la dixième performance du jour. Alexandre Mabboux s'est en revanche contenté d'un saut de 107 mètres insuffisant pour être du plateau final.

Patinage artistique – Danse imposée : Delobel-Schoenfelder, Péchalat-Bourzat
Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder sont bien entrés dans la compétition olympique, vendredi soir. Auteur d'une prestation maîtrisée et aboutie lors de la danse imposée, première des trois étapes olympiques menant au podium, le duo français s'est un temps porté en tête des débats, avant de descendre au fil des passages des couples du dernier groupe, jusqu'au sixième rang. Les voici ainsi relégués à 5,77 points de la paire russe Oksana Domnina-Maxim Shabalin, leader provisoire devant Les Canadiens Tessa Virtue-Scott Moir et les Américains Meryl Davis-Charlie White. Leurs homologues Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat pointent pour l'heure au neuvième rang, à 7,63 points du tandem de tête.

Curling – Tour préliminaire (M) : Dufour, J.H. Ducroz, R. Ducroz, Angiboust
Malgré un avantage de deux points un temps acquis (3-1), les Français se sont inclinés vendredi devant les Etats-Unis, lesquels n'avaient pas encore remporté le moindre match dans ces Jeux (4-3). Surpris dans les deux dernières mènes, les Bleus ont alors encaissé un cinglant 0-3, synonyme de troisième défaite en quatre parties. S'ils veulent garder un espoir de qualification pour les play-offs, les curleurs de Chamonix n'ont plus d'alternative à la victoire. Que ce soit face à l'Allemagne ou à la Suède, leurs deux prochains adversaires dans ce tour préliminaire.

Skeleton (M) : Saint-Geniès
Treizième à l'issue de la première journée, jeudi, Grégory Saint-Geniès avait bon espoir ce vendredi d'intégrer le top 8 du skeleton olympique, son objectif avoué à Vancouver. Las, après un troisième run encourageant, le Français est passé à côté de la quatrième et dernière manche, chutant au final au 15e rang. A plus de trois secondes et demie du Canadien Jon Montgomery, le nouveau champion olympique de la spécialité.

LES CHAMPIONS OLYMPIQUES DE LA NUIT

Ski alpin – Super G (M)
Oubliée son effroyable chute subie à Beaver Creek en 2007... Aksel Lund Svindal s'impose dans ces Jeux de Vancouver tel le véritable épouvantail du ski alpin mondial. Médaillé d'argent en descente quatre jours plus tôt, le Norvégien a cueilli l'or du Super G, vendredi, succédant ainsi au palmarès olympique à son compatriote Kjetil Andre Aamodt, triple vainqueur de l'épreuve en 1992, 2002 et 2006. Une première couronne olympique acquise aux nez et aux barbes des Américains Bode Miller et Andrew Weibrecht, respectivement repoussés à 28 et 31 centièmes, alors que l'Italien Werner Heel et le Canadien Erik Guay ont eux échoué au pied du podium pour deux et trois centièmes.

Ski de fond – 15 km poursuite (D)
Et de deux ! En l'espace de trois jours, Marit Bjoergen a enrichi son palmarès de deux médailles d'or olympiques, sans compter le bronze obtenu sur le 10 km libre. Après avoir brillé lors du sprint individuel, la Norvégienne s'est imposée avec autorité sur la poursuite 15 km, reléguant à près de neuf secondes ses deux dauphines, la Suédoise Anna Haag et la Polonaise Justyna Kowalczyck, laquelle, leader de la Coupe du monde, court toujours après un premier titre olympique. Une victoire aux allures de consécration pour l'ancienne patronne du circuit mondial puisque l'épreuve, composée d'une portion de 7,5 km en style classique et, après changement de skis, d'une portion de 7,5 km en style libre, est censée désigner la fondeuse la plus complète.

Skeleton (M) :
Auteur des deux meilleurs chronos du jour, le Canadien Jon Montgomery a coiffé au poteau le Letton Martins Dukurs, qui figurait en tête du classement général du skeleton à l'issue du troisième et avant-dernier run. Le chouchou du public du centre des sports de glisse de Whistler s'impose pour sept petits centièmes sur l'ensemble des quatre manches, la médaille de bronze revenant au Russe Alexander Tretyakov, relégué pour sa part à 1"02. Passé à côté de la dernière session, le Français Grégory Saint-Geniès se contente au final de la 15e place, à 3"58 de Montgomery, lequel succède à son compatriote Duff Gibson au palmarès olympique de la discipline.

Skeleton (D) :
Amy Williams a offert à la Grande-Bretagne sa première médaille d'or des Jeux Olympiques de Vancouver, vendredi, en remportant l'épreuve de skeleton féminin. Une sensation que les Britanniques n'avaient plus connue depuis 1980 et le titre de Robin Cousins à Lake Placid en patinage artistique. La jeune anglaise de 27 ans s'est imposée avec 56 et 72 centièmes d'avance sur les Allemandes Kerstin Szymkowiak et Anja Huber à l'issue des quatre manches. Grosse déception en revanche pour la Canadienne Mellisa Hollingsworth, lauréate de la Coupe du monde cette saison et finalement cinquième, à près d'une seconde.

LA PHRASE DE LA NUIT

Lysacek: "Je suis déçu que quelqu'un qui était mon modèle s'en prenne à moi"
Au lendemain de son sacre sur la glace du Pacific Coliseum de Vancouver, le patineur artistique Evan Lysacek est revenu sur les amères déclarations de son dauphin russe Yevgeny Plushenko, battu pour seulement 1,35 point, et qui a estimé que l'Américain ne méritait pas son titre puisque son programme libre ne comportait pas de quadruple saut. "Je suis un peu déçu que quelqu'un qui était mon modèle s'en prenne à moi dans l'un des moments les plus forts de ma vie. Mais cela restera inoubliable, quoi qu'en disent les gens", a réagi l'intéressé vendredi lors d'une conférence de presse. "S'il s'agissait d'un concours de saut, il n'y aurait pas de musique, on vous donnerait 10 secondes pour faire votre meilleur saut et ça s'arrêterait là. Mais il y a aussi l'interprétation, c'est ce qui nous rend si uniques et si émouvants aux yeux du public", a poursuivi Lysacek avant de laisser à son détracteur le bénéfice du doute: "C'est dur de perdre, particulièrement quand on est sûr de gagner. La pilule est dure à avaler mais je suis sûr qu'il a dit des choses sur le coup qu'il ne pensait pas."

LA STAT DE LA NUIT : 4

Kristin Stormer Steira est maudite ! Sextuple médaillée en championnat du monde, sacrée en 2005 à Oberstdorf, en relais 4x5 km, la fondeuse norvégienne, 28 ans, qui compte par ailleurs deux victoires en Coupe du monde, est marquée par la poisse quand il s'agit d'olympisme. Devancée cette nuit sur la poursuite 15 km par la Norvégienne Marit Bjoergen, la Suédoise Anna Haag et la Polonaise Justyna Kowalczyk, l'intéressée s'est une nouvelle fois contentée de la plus frustrante des positions, la quatrième, poussant le vice jusqu'à échouer à moins d'un dixième de sa devancière polonaise. Une déconvenue olympique que Kristin Stormer Steira avait déjà vécue à trois reprises dans sa carrière, elle qui avait terminé quatrième du 10 km, de la poursuite 15 km et du 30 km des Jeux de Turin il y a quatre ans.

LE FAIT MARQUANT DE LA NUIT

Quatre titres seulement étaient en jeu en cette septième journée olympique, ce qui n'a pas empêché la Norvège de faire un bond au classement des médailles. Grâce à Aksel Lund Svindal et Marit Björgen, respectivement sacrés en Super G et sur la poursuite 15 km, la nation scandinave s'est adjugé la moitié de l'or de Vancouver ce vendredi. Une moisson qui porte à dix breloques le butin norvégien, pour cinq consécrations. Seuls les Etats-Unis ont fait mieux jusqu'alors, avec six titres pour 20 médailles au compteur, dont l'argent et le bronze de Bode Miller et Andrew Weibrecht récoltés ce jour en Super G. L'Allemagne pointe en troisième position, du haut de ses quatre médailles d'or, alors que la France, bredouille vendredi, demeure septième avec ses sept breloques et les triomphes de Jason Lamy Chappuis et Vincent Jay.

LE COUAC DE LA NUIT

Plus que d'un couac, il s'agit d'une véritable frayeur ! Déstabilisé à pleine vitesse après avoir heurté une porte non loin de l'arrivée du Super G olympique couru ce vendredi, le Suédois Patrik Jaerbyn a lourdement chuté sur la piste de Whistler, contraignant l'organisation à suspendre la course durant de longues minutes, le temps de son évacuation vers l'hôpital le plus proche. D'abord apparu inconscient, le vétéran scandinave, 40 ans, qui disputait là ses cinquièmes JO, souffrirait selon un premier bilan de brûlures au visage et d'une légère commotion cérébrale. Une confession rassurante faite par le porte-parole de la délégation suédoise.

  • Article
  •  
  • 20 Févr. 2010

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer