Boxe - News

Mormeck peut-il le faire ?

  • Article
  •  
  • 29 Févr. 2012
Mormeck peut-il le faire ?

Ce sont des champions de boxe, des anciens champions, des journalistes, des commentateurs ou, même, des directeurs de chaîne de télévision. Tous connaissent le noble art sur le bout des doigts et, donc, Jean-Marc Mormeck, qui défie Wladimir Klitschko, ce samedi. Tous, copains ou pas, ont accepté de répondre à la question suivante: "JMM" peut-il devenir champion du monde ? Voici leur verdict.

Brahim Asloum, champion olympique aux Jeux de Sydney en 2000 puis champion du monde des poids mi-mouches WBA (2007-2009):
"Je le souhaite. Est-ce qu'il le sera ? Je ne sais pas. Il boxera de toute façon devant un adversaire très redoutable. Les frères Klitschko sont, aujourd'hui, les meilleurs boxeurs de cette catégorie, donc Jean-Marc s'attaque à un morceau. C'est le troisième boxeur français poids lourd à pouvoir disputer un championnat du monde (après Georges Carpentier en 1921 puis Lucien Rodriguez en 1983), il y a tous les ingrédients pour pouvoir s'illustrer. J'ai envie d'être optimiste, parce qu'un peu chauvin. En sachant que ce sera très, très dur, la tactique à adopter, c'est de bousculer Wladimir, de le perturber, de le mettre dans le rouge. C'est LA stratégie qu'il faudra adopter, je n'en vois qu'une seule devant un boxeur comme Wladimir, qui utilise ses atouts à merveille. C'est un bon test. Le public allemand est un public de connaisseurs et si Jean-Marc fait le travail nécessaire, il peut s'attirer pas mal de partisans à sa cause."

Charles Biétry, directeur d'Al Jazeera Sport France:
"S'il y en a un qui peut battre Klitschko, c'est lui. Après, est-ce qu'il va être champion du monde ? Je n'en sais rien. En tous les cas, il ne va pas être ridicule et il va poser des gros problèmes à Klitschko. Parce que, d'abord, il a le mental, la volonté et le coeur pour cela, et quand on boxe les Klitschko, il faut accepter de prendre des directs du gauche. Jean-Marc a ce moral-là, il l'a très bien étudié tactiquement. Il peut très bien dérégler Klitschko. Après, ce n'est pas facile, personne n'a réussi. Mais c'est le moins bon des deux frères, quand même. Ce n'est pas gentil pour Jean-Marc, disons que c'est le plus abordable pour lui. Je suis optimiste. Ce n'est pas un combat facile, la boxe n'est pas un sport facile, mais il a une telle volonté qu'il a sa chance. C'est toujours celui qui décale qui n'était pas prêt. Il aurait eu plus de chances la première fois, parce que Klitschko n'était certainement pas prêt. Maintenant, il l'est forcément. La victoire n'en sera que plus belle."

Jean-Claude Bouttier, champion d'Europe poids moyens EBU (1971 et 1974):
"C'est vraiment le plus grand malheur que je lui souhaite. Cela ne va pas être facile, mais quand on connaît la détermination, le sérieux, le travail qu'il a effectué... Malgré le handicap que vous connaissez par rapport à la taille, par rapport au poids, par rapport à plein de choses, cela ne va pas être simple, mais un combat n'est jamais perdu d'avance. Le seul combat qui soit perdu d'avance, c'est celui auquel on renonce et comme ce n'est pas le cas, on ne sait jamais. Sur le papier, cela paraît presque impossible, mais cela, c'est sur le papier. Après, il y a le combat. C'est du 60-40 en faveur de Klitschko, ce qui est normal si on tient compte des statistiques. Jean-Marc est un grand garçon, il sait ce qui l'attend. Il sait très bien que le public ne lui sera pas favorable, mais sur le ring, ce n'est pas le public qui fait le combat. Je suis toujours optimiste, parce que c'est quelqu'un qui fait bien son métier, qui va au bout des choses et je lui souhaite de ne jamais avoir de regrets. Comme il va au bout de son rêve, il n'en aura pas. Quoiqu'il arrive. Je suis sûr qu'il va se battre comme un homme, il va donner le maximum de ce qu'il peut faire. Après, on ne pourra pas lui en vouloir. Cela va relancer les rêves de tous les mômes."

André-Arnaud Fourny, journaliste à L'Equipe:
"Selon la logique, non, pour plusieurs raisons. Premièrement, je ne suis pas convaincu qu'il soit devenu un vrai poids lourd: il a fait trois combats en poids lourds, c'est passé d'extrême justesse à domicile. Sa préparation me laisse un petit peu sceptique. Jean-Marc Mormeck n'a pas eu de bon sparring-partner. D'autre part, il n'a pas eu non plus, malgré toute l'amitié que je peux porter à l'entraîneur de Pantin Lucien Dauphin, un bon entraîneur. C'est ennuyeux. Ne confondons pas Jean-Marc Mormeck avec Mike Tyson. Tout plaide contre Jean-Marc. Cela étant dit, on a vu qu'un boxeur ordinaire comme Dereck Chisora a été capable de ne pas faire briller Vitali Klitschko. Pourquoi ? Parce que Dereck Chisora, qui n'est vraiment pas exceptionnel, croyait en ses chances. Et quand les deux Klitschko affrontent des hommes qui n'ont pas peur d'eux, qui ne les craignent pas, ils n'ont pas leur belle assurance habituelle. Il faudrait donc vraiment que Jean-Marc croit en ses chances pour espérer dérégler Wladimir dans sa boxe. En n'oubliant pas que Wladimir est relativement fragile, il a dû aller douze fois au tapis, ce qui est énorme. L'avantage de la boxe, c'est que rien n'est jamais écrit d'avance."

Humbert Furgoni, président de la Fédération française de boxe (FFBoxe):
"D'abord, je le pense sincèrement. En plus, je le souhaite de tout coeur, parce que ce n'est pas tous les jours qu'il y a un Français qui fait un championnat du monde des poids lourds. Ensuite, en dehors du fait que les Klitschko soient les champions du monde pour remplir les stades et, peut-être, les meilleurs boxeurs d'un point de vue marketing, leur boxe n'est pas des plus spectaculaires. La boxe, c'est avant tout un sport où il faut varier les coups, or les Klitschko, c'est tout à fait une boxe stéréotypée. Ils bénéficient d'une allonge énorme, d'une taille énorme, qui fait que, quelque part, ils sont très difficiles à battre. Pour autant, ce sont des gens très intelligents, qui savent s'arranger et tirer profit de leur morphologie. Ils restent de grands champions. Et ce report joue plutôt en leur faveur. Mais en boxe, tout peut arriver. Jean-Marc se bat contre une montagne, ce n'est pas un combat de petit niveau. Je suis raisonnablement optimiste, parce qu'il faut l'être, parce que je suis Français, parce que la victoire de Mormeck entraînerait un regard médiatique sur notre discipline, qui est en difficulté. Ce serait bien."

Jean-Philippe Lustyk, commentateur d'Orange sport:
"Oui, il peut devenir champion du monde. Il n'est pas le favori, loin de là, mais il a les armes pour gagner. C'est un challenge qui est à la hauteur de la taille et du physique de Klitschko, donc c'est un challenge géant. Son adversaire est plus grand, plus lourd, plus jeune, il est invaincu depuis 2004. Malgré cela, Jean-Marc a des chances, parce qu'il s'est préparé comme jamais, parce qu'il a certainement des armes physiques basées sur la vitesse, l'explosivité qui peuvent poser un problème au champion du monde ukrainien. Mais il est évident qu'il va falloir réussir à faire douter l'Ukrainien, très vite, pour éviter que celui-ci, dès le début du match, ne rende le combat facile. C'est du 40-60, mais on ne peut pas aller au-delà, il faut être conscient de la difficulté de la tâche. Il a mis, à mon sens, tous les atouts de son côté pour, au moins, jouer sa chance à fond, ce qui est indispensable."

Anne-Sophie Mathis, championne du monde poids super-légers WBA, WBIF, UBC et WBC:
"Je dis que tout est possible, rien n'est perdu d'avance. Jean-Marc est quelqu'un qui, quand il veut quelque chose, fait en sorte de mettre tout en place pour y arriver. En tout les cas, cela va être très, très dur. Il le sait, il en est conscient et convaincu. Il va falloir qu'il le colle, qu'il ne le lâche pas, qu'il reste dessus et qu'il ne reste surtout pas à distance, parce que leur gros point fort aux Klitschko, c'est l'allonge, la frappe. Forcément, ce sont des coups de marteau qui arrivent de plein fouet. Il va falloir qu'il fasse douze rounds à fond et qu'il ne lâche rien. J'ai pu voir ses entrainements sur Internet, il a un déplacement et une exécution beaucoup plus rapides qu'avant. Et cela, c'est très important face à quelqu'un qui est lourd. C'est la mobilité et le "cardio" qui vont l'aider. Il y en a plein qui disent que c'est perdu d'avance. Moi, en tant que boxeuse, je sais très bien que rien n'est perdu d'avance en boxe. Sur un coup, tout peut être joué. Je ne le donne pas favori, mais je crois en Jean-Marc. Il peut retourner la situation. Je ne vais pas dire qu'il peut gagner, mais il en est capable."

Mahyar Monshipour, champion du monde des poids super-coqs (2003-2006):
"Cela va être très, très, très, très compliqué ! Un peu de temps en plus pour se préparer, c'est un avantage. Cela se jouera sur les 110-115 kilos que les deux frères Klitschko pèsent depuis plus de vingt ans et les vrais 96 kilos de Jean-Marc, qu'il a accumulés ces derniers temps. La boxe est un sport de catégories. Il faut casser la distance, bloquer ou esquiver et s'approcher puis déclencher. Mais, il y a un gros mais: cela demande du rythme et une grosse condition physique. La clé du combat, c'est d'être actif. Il le sait. Comme nous tous, il aurait aimé que la France ait 15-20 millions d'euros à mettre sur la table pour faire ce combat au Stade de France ou à la tour Eiffel. Cela aurait été plus sympa."

Arnaud Romera, journaliste à France Télévisions:
"Vous m'auriez posé la question il y a six mois, je vous aurais dit non direct ! Tous les éléments sont contre lui: il n'a pas boxé depuis un peu plus d'un an, il va avoir 40 ans, il rencontre un mec qui est invaincu depuis sept ans, qui reste sur onze ou douze championnats du monde victorieux d'affilée, il est plus grand, plus lourd... J'avais dit à Jean-Marc au cours d'un Stade 2, qu'il était candidat au suicide. Après, j'ai assisté à plusieurs de ses entraînements, j'ai vu la flamme qu'il y avait en lui. Il est persuadé de sa bonne étoile, et c'est contagieux. Je me suis dit: "Pourquoi pas ?" Même si, raisonnablement, c'est mission impossible, en boxe, on a déjà vu des miracles. Je me mets à croire aux miracles, par affection pour Jean-Marc et parce que c'est un mec qui a toujours fonctionné dans la révolte, dans le défi, quand il est dos au mur. Cela peut être l'exploit du siècle en boxe. Il a 10 voire 5% de chances de gagner."

  • Article
  •  
  • 29 Févr. 2012

Commentaires

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer