L'actu des séries

TUNNEL 2 : qu'est-ce que "l'Opération Condor"?

  • Tunnel
  •  
  • 25 Mars 2016

En remontant la piste du chimiste impliqué dans la mort de Robert Fournier, Élise et Karl découvrent que son nom revient dans le dossier de Colonia Dignidad comme dans celui de l’Opération Condor. On vous en dit plus sur ces heures sombres de l'Histoire de l'Amérique du Sud.

TUNNEL 2 : qu'est-ce que

1992, dans un commissariat de la banlieue d’Asuncion au Paraguay : des archives de Stroessner, l’ancien dictateur à la tête du pays, sont exhumées. Au milieu des nombreux rapports, un nom apparaît : « Opération Condor ». Le nom donné à cette opération n’est pas anodin, le condor est un rapace, charognard à l’image de ceux qui ont mené cette campagne d’assassinats et de guérillas sud-américaines dans les années 70.


Des employés de la présidence de Salvador Allende arrêtés par l'armée lors du coup d'Etat du 11 septembre 1973, à Santiago du Chili. 
©REUTERS

Flash-back : 1974, en plein contexte de la Guerre Froide, cinq hommes ont pris le pouvoir par la force en Amérique du Sud et instauré un régime dictatorial (Augusto Pinochet au Chili, Alfredo Stroessner au Paraguay, Jorge Rafael Videla en Argentine, Juan Bordaberry en Uruguay, Hugo Banzer en Bolivie et Ernesto Geisel au Brésil). La CIA qui souhaite en pleine psychose de la « Peur Rouge» sur tout le continent ferme les yeux et laisse faire les exactions sur place. Au mois de mars de cette même année, la police secrète chilienne appuyée par la police argentine organise l’assassinat à Buenos Aires du général chilien exilé, Carlos Prats, considéré comme une menace par Pinochet. Il est le premier sur une longue liste.


Militants "disparus" (c’est-à-dire enlevés, torturés et assassinés) en Argentine

A l’initiative de la Dina Chilienne un pacte militaire secret est établi en novembre 1975 entre les services spéciaux des six dictatures. Son but ? Détruire tous les « foyers subversifs », comprenez ici tous les opposants au régime (communistes, hommes politiques de gauche, prêtres, étudiants, enseignants, etc.) dans chacun de ces pays.

L’opération se déroula en trois volets. Tout d’abord, l’instauration d’une coopération au niveau de la surveillance avec la mise en place d’une base de données commune et échange d’informations entre les services secrets. Dans un second temps: la mise en place d’une opération transfrontalière pour kidnapper, interroger, torturer et faire disparaître les dissidents. Enfin, en dernière étape, la création d’une élite spéciale pour assassiner des cibles précises exilées dans le monde entier.


Des familles uruguayennes bandissent des photos de leurs proches disparus en Argentine dans les années 1970. ©AFP PHOTO/ Miguel Rojo

Ce n’est qu’à la chute de la dictature argentine en 1983 et avec l’arrivée du président américain Carter au pouvoir que l’opération prendra fin. Les chiffres de cette campagne de répression mondiale font froid dans le dos: 50 000 personnes assassinées et près de 35 000 disparue entre 1975 et 1983. Aujourd’hui encore des milliers de familles manifestent régulièrement pour que lumière soit faite sur une des périodes les plus sanglantes de l’Amérique du Sud et que les criminels soient enfin jugés.

Retrouvez le FINAL de Tunnel 2 lundi à 20H55 sur CANAL+ ET CANAL+ A LA DEMANDE.
>> Plus d'actualités

  • Tunnel
  •  
  • 25 Mars 2016

Commentaires

Et aussi sur CANAL+ et CANAL+ SÉRIES

Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer