Les personnages

Interview d'IZM, créateur des LASCARS


Après la série animée, les BD, le film, les Lascars ont-ils encore des choses à dire ?
La BD et l'animation, c'est cousin cousine, c'est du cartoon. En faisant une série en chair et en os, on voulait relever un double défi : d'une part l'adaptation de notre univers à la vraie vie, d'autre part le rajeunissement de nos personnages. Jo, Polo, Malik et Barkette ont à peine 20 ans. Ils font partie d'une nouvelle génération...

Les contraintes ne sont pas les mêmes qu'avec l'animation...
Quand on faisait la série animée, on savait qu'on pouvait se reposer sur le traitement des personnages, sur une tête rigolote, etc. Ici, ce sont les comédiens qui doivent assurer. Il nous a aussi fallu trouver le bon équilibre entre le monde décalé que permettait l'animation et la dose de réalisme nécessaire dans une série en chair et en os.

Le côté caricatural est-il toujours là ?
Oui, dans le parcours des personnages et dans leur raisonnement. Il fallait que tous les potards soient poussés, mais sans perdre de vue la réalité. Tristan Aurouet, notre réalisateur, nous a beaucoup aidés dans ce sens, en nous alertant quand nos idées étaient trop cartoonesques.

Le faux caïd Polo, le geek Barkette, le beau gosse Malik... Vous jouez beaucoup sur les stéréotypes, non ?
Oui, bien sûr. Il nous fallait des personnages marqués. C'est le principe de la sitcom. Quand vous regardez MON ONCLE CHARLIE ou THE BIG BANG THEORY, vous ne voulez pas que Charlie, Sheldon ou Leonard changent radicalement, sinon ils ne vous font plus rire ! C'est leur caractérisation et leurs excès qui déclenchent la comédie. C'est ce qu'on a cherché, sans tomber dans une caricature trop facile.

Les téléspectateurs vont-ils retrouver l'univers foutraque et coloré de la série animée ?
À la base, le monde des cités est plutôt gris, ce n'est pas l'univers le plus agréable visuellement. On a voulu conserver cette part de dureté, mais en l'égayant, en la rendant plus exotique, moins triste. On a tourné dans une vraie cité, à Bobigny, puis on a rajouté des graffs en postprod, des choses colorées mais toujours urbaines. Comment filmer la cité ?
Dans LASCARS, la cité est un cadre de vie comme un autre. Un type qui se fait tromper ne va pas réagir différemment à Paris ou à Versailles. Un gars qui glisse sur une peau de banane, c'est drôle, peu importe où. Il y a une certaine violence dans les cités, on ne la nie pas, mais il ne faut pas faire de misérabilisme. Les gens ne se font pas tirer dessus toutes les cinq minutes !

Y a-t-il un propos social derrière la comédie ?
Oui. C'est difficile pour les jeunes de trouver leur place, de décrocher un job... Les montrer dans leur quotidien, c'est une démarche sociale en soit. LASCARS, c'est avant tout l'histoire de quatre jeunes des années 2010 et de leur passage à l'âge adulte. Grandir, s'assumer, assumer les autres, découvrir la vraie vie, c'est un thème universel, peu importe le milieu social. Et puis, qui n'a jamais rêvé de pouvoir vivre en coloc avec ses meilleurs potes ?

L'histoire

LASCARS, c'est le quotidien d'une inséparable bande de potes - Jo, Polo, Malik et Barkette - qui ont grandi ensemble dans le même quartier de Condé-sur-Ginette, au coeur de la "culture de la vanne", des "bastons de regards" et des "gros mythos". Mais dans la saison 2, c'est la crise.

À cause de leurs dettes écrasantes, les Lascars doivent trouver un vrai boulot. Fini la "good life", voici venu le temps de la "real life". Autrement dit, voici venu le moment de grandir et d'assumer ses responsabilités. Pas le choix, il faut se résoudre à "aller tafer". En bon prince, Mamadou, la gloire du quartier à la réputation de "vrai gars", leur donne l'opportunité de régler leurs dettes en travaillant pour lui dans sa nouvelle sandwicherie.

A propos de la saison 2

Une série de 12 épisodes de 15 minutes
Librement adaptée du long-métrage d'animation LASCARS
Ecrite par IZM, ElDiablo, Eric Benzekri
Adaptée par Barthélemy Grossmann, IZM
Réalisée par Barthélemy Grossmann
Produite par MannyFilms, producteur: Philippe Gompel
Avec la participation de CANAL+

Avec Alexandre Achdijian, Issa Doumbia, Pablo Pauly, Nassim Si Ahmed,...
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer