"Copwatch" : La police dans le viseur

Spécial Investigation

Vidéo : "Copwatch" : La police dans le viseur
« COPWATCH » : LA POLICE DANS LE VISEUR Une enquête de Alexandre Dereims et Alexandre Spalaîkovitch Production : Première Nouvelle Productions / Unic Production Durée : 52 min DIFFUSION : LUNDI 27 MAI 2013 A 22H25 Mi 2011, dans le nord de la France, de jeunes militants de gauche créent un site internet de surveillance de la police, inspiré de ceux qui existent depuis longtemps aux Etats-Unis. « Copwatch » signifie littéralement : « surveillance de flics ». Les activistes filment les forces de l'ordre au travail (ce qui est légal), pour s'assurer qu'elles ne commettent pas de bavures. Mais rapidement, les « copwatchers » français vont faire polémique. Car ils postent leurs vidéos sur internet avec des commentaires critiques, voire en dénonçant nominativement certains policiers, accusés d'être « violents » ou « racistes ». Poursuivis en 2012 par le ministère de l'Intérieur, les activistes mettent à contribution leur connaissance du web pour échapper à la justice. Depuis, ils continuent à filmer clandestinement à Paris des fonctionnaires qui patrouillent et arrêtent, parfois sans ménagement, des vendeurs à la sauvette. A Calais, les « copwatchers » filment la chasse aux migrants et ont révélé les méthodes parfois musclées de certains policiers. Inédites à la télévision, ces images ont servi de fondement à un rapport du Défenseur des droits, Dominique Baudis, rendu fin 2012, très critique sur l'action de la police de Calais. Pour SPECIAL INVESTIGATION, Alexandre Dereims et Alexandre Spalaîkovitch enquêtent sur ce mouvement controversé des « copwatchers ».

"Copwatch" : La police dans le viseur

Résumé

« COPWATCH » : LA POLICE DANS LE VISEUR

Une enquête de Alexandre Dereims et Alexandre Spalaîkovitch
Production : Première Nouvelle Productions / Unic Production
Durée : 52 min

DIFFUSION : LUNDI 27 MAI 2013 A 22H25

Mi 2011, dans le nord de la France, de jeunes militants de gauche créent un site internet de surveillance de la police, inspiré de ceux qui existent depuis longtemps aux Etats-Unis. « Copwatch » signifie littéralement : « surveillance de flics ». Les activistes filment les forces de l'ordre au travail (ce qui est légal), pour s'assurer qu'elles ne commettent pas de bavures.
Mais rapidement, les « copwatchers » français vont faire polémique. Car ils postent leurs vidéos sur internet avec des commentaires critiques, voire en dénonçant nominativement certains policiers, accusés d'être « violents » ou « racistes ». Poursuivis en 2012 par le ministère de l'Intérieur, les activistes mettent à contribution leur connaissance du web pour échapper à la justice. Depuis, ils continuent à filmer clandestinement à Paris des fonctionnaires qui patrouillent et arrêtent, parfois sans ménagement, des vendeurs à la sauvette.
A Calais, les « copwatchers » filment la chasse aux migrants et ont révélé les méthodes parfois musclées de certains policiers. Inédites à la télévision, ces images ont servi de fondement à un rapport du Défenseur des droits, Dominique Baudis, rendu fin 2012, très critique sur l'action de la police de Calais.
Pour SPECIAL INVESTIGATION, Alexandre Dereims et Alexandre Spalaîkovitch enquêtent sur ce mouvement controversé des « copwatchers ».

Fermer

SPECIAL INVESTIGATION

Les bandes-annonces

 

Les extraits

 
 

L'EQUIPE

Rédaction en chef et présentation
Stéphane Haumant

Rédacteurs en chefs adjoints
Jean Baptiste Rivoire
Steeve Baumann

Responsable d'édition
Nathalie Moutoz-Gambaro

Assistante
Malika Abbaci-Feliachi

 

Le Petit Journal du 16/04

Yann Barthès présente LE PETIT JOURNAL, un regard décalé sur l'actualité.

 

Le Zapping

Le meilleur de toutes les chaînes, tous les jours. Emission du 17/04/14

 
 
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium