Nadir Moknèche

Nadir Moknèche
Réalisateur  franco-algérien
Né(e) le : 21 février 1965 à Paris

BIOGRAPHIE

Né à Paris, Nadir Moknèche découvre l'Algérie familiale à trois ans, avec sa mère et son frère après la mort accidentelle de son père. Il regagne seul la capitale hexagonale à seize ans et s'accroche. Il passe son bac et étudie le droit pendant deux ans.

Puis il change de cap et suit des cours d'art dramatique à l'école du Théâtre National de Chaillot, tout en tâtant de la réalisation avec une caméra super 8.

Il part se perfectionner à New York en 1993, où il intègre la section réalisation de The New School for Social Research, et il se consacre à deux courts métrages.

Pour le premier, HANIFA, AINSI VA L'AMOUR (1994), il transpose la tragédie grecque « Médée » d'Euripide au Maghreb, où l'héroïne titre souhaite se venger de son mari qui va en épouser une autre.

Pour le second, JARDIN (1995), il confronte cette fois un jeune couple à l'ennui, un beau matin, après des années d'harmonie.

Il regagne ensuite Paris et planche sur son premier long métrage. C'est LE HAREM DE MME OSMANE (2000), qu'il tourne au Maroc mais qui se déroule dans les rues d'Alger au début de la guerre civile en 1993. Carmen Maura y joue une chef de pension qui résiste envers et contre tout, face à ses protégées et locataires, dont Nadia Kaci et Biyouna. Le succès et la reconnaissance sont au rendez-vous.

Il retrouve ces deux dernières, entourant la jeune vedette Lubna Azabal pour VIVA LALDJÉRIE (2004), son premier long métrage dans l'Algérie des racines, qui s'y déroule dix ans après le précédent, en 2003. Le parcours croisé de trois femmes qui résistent à la peur et à la menace, des murs de leur hôtel aux rues de la ville, entre nostalgie des fastes perdus et attente de lendemains qui chantent.

Biyouna porte ensuite DÉLICE PALOMA (2007, photo), tragicomédie où le réalisateur filme le royaume des magouilles et de la survie dans l'Algérie contemporaine. La star algéroise y joue la bienfaitrice Madame Aldjéria, qui peut tout, moyennant finances, jusqu'au gros coup, qui va s'avérer fatal.

Après un refus de visa algérien pour ce dernier film, le cinéaste tourne le dos au pays. Il est pensionnaire de la Villa Médicis durant la saison 2010-2011.

Il installe à Tanger son opus suivant. GOODBYE MOROCCO (2012) est une fresque ambitieuse qui mêle film noir, portrait de femme libertaire, amour maternel, peinture sociale, lutte des classes, trafics en tous genres et tragédie méditerranéenne. Avec un casting international, de fidèles (Lubna Azabal, Abbes Zahmani) en figures marocaines (Faouzi Bensaïdi) et en nouvelles recrues (Rasha Bukvic, Grégory Gadebois, Anne Coesens).

RECOMPENSES

Award
Film
Catégorie
Résultat
2012 : Festival Doha Tribeca
GOODYE MOROCCO
Mention spéciale
Primé
2008 : Lumière
DÉLICE PALOMA
Meilleur film francophone
Primé

Tchi tcha du 18/12

Le magazine des amoureux du cinéma présenté par Laurie Cholewa sur CANAL+

 

Hitman and bodyguard

Dès le 25/12 sur CANAL+

 

K.O

Bande annonce de K.O de Fabrice Gobert avec Laurent Lafitte Chiara Mastroianni, Pio Marmai

 
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer