ELLE S'APPELAIT SARAH 

Vidéo : ELLE S'APPELAIT SARAH - BA
BA du film ELLE S'APPELAIT SARAH, de Gilles Paquet-Brenner avec Kristin Scott Thomas, Niels Arestrup (sortie le 13/10/2010)
ELLE S'APPELAIT SARAH - BA
Un film de : Gilles Paquet-Brenner Avec : Kristin Scott Thomas, Mélusine Mayance, Michel Duchaussoy, Gisèle Casadesus, Aidan Quinn, Dominique Frot, Natasha Mashkevich, Arben Bajraktaraj, Sarah Ber, Karina Hin, Charlotte Poutrel, Frédéric Pierrot, Niels Arestrup, George Birt. Pays : France Genre : Drame Durée : 01:50 min Année de production : 2010 Synopsis : Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France depuis 20 ans, enquête sur l'épisode douloureux du Vel d'Hiv. En remontant les faits, son chemin croise celui de Sarah, une petite fille qui avait 10 ans en juillet 1942. Ce qui n'était que le sujet d'un article devient alors, pour Julia, un...
Lire la suite

A propos

ELLE S'APPELAIT SARAH est l'adaptation du roman du même titre, écrit par Tatiana De Rosnay et publié en 2006.

Pour passer du roman au film, le réalisateur Gilles Paquet-Brenner a collaboré avec Serge Joncour, qui avait signé le script de son précédent long métrage, U.V.

Sur le plateau de tournage, Annette Müller, auteure de "La Petite fille du Vél'd'Hiv", et son frère Michel, qui ont vécu la scène en 1942, ont pu témoigner de leur histoire et ainsi nourrir le réalisme d'ELLE S'APPELAIT SARAH.

Le cinéaste raconte comment son film entre en résonnance avec sa propre histoire : "Je suis d'origine juive et les hommes de ma famille ont disparu à cette période. Mon grandpère, un musicien juif allemand ayant fait sa vie en France, a été dénoncé par des Français et est mort au début de sa déportation. Je lui rends hommage dans le film via le personnage de l'homme au violon qui a cette bague contenant du poison pour décider du moment où il va mourir... Ma mère m'a raconté l'anecdote pour la première fois pendant la préparation du film. Certaines choses sont remontées à la surface. Je n'étais pas là quand mon grand-père a été déporté, mais j'ai vu les conséquences sur ma mère, ses soeurs, ma grand-mère... Je retrouvais ça, dans le livre : les vivants qui doivent apprendre à vivre avec les morts."

Le cinéaste évoque également ses partis pris de mise en scène : "Je voulais aussi exprimer à l'image la différence des mondes dans lesquels Sarah et Julia évoluent : le chaos de l'occupation face à un certain confort bourgeois. J'ai alors choisi de filmer toute la période 1942 avec une caméra à l'épaule et des focales courtes pour être toujours dans le point de vue des personnages et au contact de l'action ; le tout entrecoupé de tableaux plus graphiques pour donner un peu d'air. Et, pour la partie contemporaine, j'ai opté pour une mise en scène très classique avec une économie de plans ; pour que chaque gros plan et chaque mouvement aient un sens."

Photos

Commentaires

Rencontres de cinéma du 14/10

Confidences de stars du 7e Art face à Laurent Weil, dans le cadre de la sortie du film en...

 

Premier Contact

Dès le 30/10 sur CANAL+

 

K.O

Bande annonce de K.O de Fabrice Gobert avec Laurent Lafitte Chiara Mastroianni, Pio Marmai

 
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer